La MRC de Témiscouata
Le guide nautique et éthique du lac Témiscouata est arrivé!

Bouée riveraine Témis 768x505Avez-vous remarqué des petits bouées sur le lac Témiscouata? Elles signalent la présence d‘importantes colonies de myriophylles à épis et incitent les embarcations à circuler loin d’elles. Le myriophylle à épis est une plante exotique envahissante découverte dans le lac Témiscouata en 2016. Non seulement il nuit à la baignade et la navigation, mais une fois installé, il est presque impossible à déloger et se développe très rapidement. L’OBVFSJ a mis en place une série d’outils pour limiter sa propagation au sein du lac Témiscouata mais aussi pour éviter de le retrouver dans les autres lacs de la région.

Savez-vous que plus de 90% du myriophylle à épis est propagé par nos embarcations? C’est pourquoi les outils mis en œuvre ciblent essentiellement les bons gestes à adopter lorsqu’on navigue sur le lac. Les bouées ont été installées en juillet et d’ici quelques semaines, un panneau d’information à chaque entrée publique du lac Témiscouata sera installé. Enfin, pour que vous puissiez avoir l’information avec vous à chaque fois que vous naviguez sur le lac, nous offrons gratuitement, jusqu’à épuisement des stocks, un guide nautique en format dépliant plastifié. Ils sont déjà disponibles dans nos bureaux et le seront très prochainement aux endroits suivants :

- Bureau municipal de St-Juste-du-Lac
- Bureau municipal de Dégelis
- Bureau municipal de Témiscouata-sur-le-Lac
- À l’Éco-site de la tête du lac Témiscouata

Ce projet n’aurait certainement pas vu le jour sans le soutien financier de la Fondation de la Faune du Québec. Nous tenons également à remercier la Sépaq-Parc national du lac Témiscouata, le comité des Gardiens du lac Témiscouata, l’Éco-site de la tête du lac Témiscouata, l’Association Chasse et Pêche du Témiscouata ainsi que les municipalités de Dégelis, Témiscouata-sur-le-Lac et Saint-Juste-du-Lac pour leur précieuse collaboration.

Lien pour télécharger le dépliant : Guide nautique et éthique du lac Témiscouata

Le Marché Métro Vincent Guay s’implique dans son milieu!

Metro chequesLe 23 mai dernier, le Marché Métro de Cabano a organisé une collecte de contenants consignés dans le but de soutenir 2 organismes sportifs du Témiscouata.

D’un commun accord, ces 2 organismes, soit le Ballon sur glace mineur du Témiscouata et l’Association du baseball mineur du Témiscouata, ont décidé de remettre une partie du montant amassé à un organisme communautaire du milieu, c’est-à-dire L’Autre-Toit du KRTB qui vient en aide aux femmes en difficulté et à leurs enfants.

L’activité a permis d’amasser la somme de 2730,36$. Monsieur Vincent Guay, propriétaire du Marché Métro, a souligné la générosité des gens du Témiscouata ainsi que celle de Cascades Transport Inc qui a bien voulu fournir gratuitement la remorque nécessaire à la cueillette des contenants consignés. Pour Monsieur Guay, appuyer des bénévoles qui s’impliquent auprès des jeunes de notre région est toujours une belle satisfaction!

Fermeture estivale des Cuisines Collectives de Dégelis et Cabano

L’équipe de travail des Cuisines Collectives de Dégelis et de Cabano suspendra le service de dépannage alimentaire pour un repos bien mérité du 3 au 17 aout.

Si vous avez des besoins urgents, nous vous demandons de laisser un message au 418-853-3767 et nous vous répondrons à notre retour. Bel été à tous et toutes!

Exposition et ventes d'oeuvres au marché gourmand Desjardins du Témiscouata

3388FRUne belle collaboration entre l'Association des Arts du Témiscouata et la Corporation de développement économique de la région de la ville de Dégelis Inc.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que 2 de nos membres exposeront au marché gourmand Desjardins du Témiscouata à tous les dimanches de l’été 2020 sur la scène principale entre 10 et 14 heures. Le marché gourmand est situé sur l'avenue de l'Accueil à l'entrée de la municipalité de Dégelis face au restaurant Tim Hortons.

Tour à tour, les membres de l’association présenteront leurs œuvres et réalisations dans des domaines aussi variés que les arts visuels, le vitrail, la sculpture, la récupération de bois et de tissus, etc.

Il ne faut pas oublier que le Marché gourmand Desjardins du Témiscouata respecte les normes de distanciation sociale imposées par la santé publique. Il faut prévoir masque ou visière.

Nous vous invitons à venir les rencontrer (eux et les entreprises d'ici). L'achat local c'est plus qu'un simple geste, c'est l'économie de toute une région !

Vers une meilleure accessibilité aux aliments sains au Témiscouata

Frigo libre service 35 rue St Philippe TSSLACPour une 4e année consécutive, le projet des jardins communautaires et collectifs du Témiscouata se poursuit afin d’offrir à la population un meilleur accès aux aliments sains sur son territoire.

Effectivement, les différents partenaires du Témiscouata continuent de se mobiliser afin de soutenir les 18 jardins communautaires et collectifs ainsi que les 8 frigos libre-service. La maison des jeunes l’Entre-Deux de Cabano porte l’initiative depuis ses débuts en collaboration avec les acteurs de COSMOSS Témiscouata, du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas Saint-Laurent, d’Acti-Familles et de la Maison des jeunes Pirana de Pohénégamook. Cette année, ce sont 17 municipalités qui participent au projet « Un jardin pour demain » et qui ont à cœur de promouvoir la saine alimentation auprès des citoyens et citoyennes du territoire par le développement et la consolidation de jardins collectifs. De plus, 8 frigos libre-service sont présents sur le territoire. Ceux-ci permettent la diminution du gaspillage alimentaire, l’accessibilité à des fruits et des légumes frais ainsi que le partage de denrées entre les citoyens. Toute la population est donc invitée à venir donner ou chercher des aliments dans les réfrigérateurs situés aux endroits suivants :

• Témiscouata-sur-le-lac (Maison des jeunes l’Entre-Deux de Cabano, 35 rue St-Philippe)
• Témiscouata-sur-le-Lac (Station-service Michaud, 2342 rue Commerciale Sud)
• Biencourt (Bureau municipal, 5 rue Berger)
• Dégelis (Casa des possibles, 637 6e rue Est)
• Packington (Bibliothèque municipale, 115 rue Soucy)
• Pohénégamook (Acti-Familles, 474 rue des Étudiants)
• Rivière-Bleue (Complexe sportif, 36 rue des Pins)
• Saint-Elzéar-de-Témiscouata (Bureau municipal, 209 rue de l’Église)

Les recommandations de la santé publique sont mises en place dans les jardins communautaires et lors de l'utilisation des frigos libre-service. Celles-ci seront clairement affichées à l'entrée des jardins et sur les réfrigérateurs. Nous demandons aux jardiniers et aux utilisateurs du frigo leur collaboration dans le respect des mesures d'hygiène, afin d'assurer la santé et la sécurité de tous.

Pour les personnes qui souhaitent avoir plus d’informations sur le projet « Un jardin pour demain », je vous invite à consulter la page Facebook : https://www.facebook.com/Jardins-Collectifs-Un-jardin-pour-demain-210532759442100/

Camping plage Pohénégamook : on vous attend !

Plage de PohénégamookCamping plage Pohénégamook est heureux d’annoncer que ses infrastructures sont désormais opérationnelles et que son personnel est prêt à accueillir les vacanciers afin de leur offrir une expérience inoubliable !

Attrait majeur au Témiscouata, Camping plage Pohénégamook sentait une pression grandissante de la part du public pour que ses installations, notamment son jeu gonflable aquatique géant, soient accessibles cet été. L’opération relevait du défi puisque qu’en plus des incertitudes planant sur l’industrie touristique en raison de la pandémie, l’organisme reprenait en charge les opérations après avoir confié l’exploitation du camping et de la plage à un partenaire privé pendant deux ans. L’ouverture graduelle de ses installations s’est amorcée le 3 juillet dernier. « Tout en recevant nos premiers visiteurs, notre équipe a continué à travailler sans relâche afin de finaliser l’aménagement du site et la préparation des équipements pour les activités récréatives. Tout ça en veillant à appliquer les mesures sanitaires prescrites par les autorités afin d’offrir un environnement sécuritaire pour la santé de nos clients et de notre personnel » souligne Patrick Noël, directeur de Camping plage Pohénégamook.

Ainsi, depuis le 10 juillet, les visiteurs ont accès à l’ensemble des activités récréatives et à plus d’une soixantaine d’emplacements de camping situés à quelques pas de la plage du lac Pohénégamook. Pour connaître l’ensemble des services et des activités offerts, la population est invitée à consulter le tout nouveau site web www.campingplagepohenegamook.com.

Alors, que ce soit pour profiter de la plage, pour s’amuser sur le plus grand jeu gonflable aquatique du Québec, pour faire une excursion en kayak, en canot ou en planche à pagaie et qui sait, peut-être apercevoir Ponik, le légendaire monstre du lac, Camping plage Pohénégamook est l’endroit parfait pour vos vacances. ON VOUS ATTEND !

COVID-19, forêt et monde municipal, apprendre à jongler avec une nouvelle réalité ! La parole est à nos élues…

Guylaine Sirois préfet élue au suffrage universel MRC de TémiscouataInterrogées sur la situation sans précédent que nous vivons tous sans exception depuis la mi-mars, les préfètes Chantale Lavoie, de la MRC de La Matapédia et Guylaine Sirois, de la MRC de Témiscouata, misent sur la bonne volonté, la compréhension, l’écoute, la collaboration et surtout sur l’innovation de tous les citoyens durant les jours et mois à venir. « La forêt, c’est notre moteur économique! », confirme d’entrée de jeu Mme Chantale Lavoie. 

S’il y a une réalité qui soit, c’est bien que ces deux femmes soient à la tête de territoires pour qui la forêt est primordiale, voire même vitale pour assurer leur prospérité. Mais qu’en est-il vraiment ? En bref, La Matapédia est assise sur un territoire à 90 % sous couvert forestier, la moitié en forêt privée et l’autre publique. La reprise des activités va occasionner beaucoup d’impacts et de frais, comme partout ailleurs. Les enjeux et les facteurs sont nombreux, d’un bord comme de l’autre explique Mme Lavoie. La responsabilité de chacun incombe plus que jamais en temps qualifié de crise par la préfète. « Notre rôle à la MRC est d’être un accompagnateur. C’est ce que nous faisons. Ma porte est toujours grande ouverte! Nous avons appuyé plusieurs projets jusqu’à présent et nous poursuivrons ainsi. Cependant, si vous me parlez des taxes foncières, je dois vous répondre de vous adresser aux municipalités, car ce n’est pas notre rôle. Dans ce dossier, nous comprenons les besoins des producteurs forestiers de boisés privés, mais nous avons des considérants. » 

Considérants adoptés récemment par les élus municipaux de Causapscal et de Lac-au-Saumon et appuyés par les élus de la MRC de La Matapédia, tous en désaccord avec le Projet de loi no 48 – Loi visant principalement à contrôler le coût de la taxe foncière et à simplifier l’accès au crédit de taxes foncières agricoles – impact de l’application d’un taux de taxe distinct pour les immeubles forestiers sous aménagement. Loi présentée à l’Assemblée nationale le 5 novembre 2019, par André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Présentation suivie de consultations et de son adoption le 17 mars dernier, sanctionnée le même jour. 

Même écho à la MRC du Témiscouata. La COVID-19 fragilise l’économie de ses 19 municipalités, un territoire ici à 87 % sous couvert forestier, dont la moitié est en forêt privée. Une économie qui mobilise 2000 employés, tout secteur confondu, de la plantation à la transformation, dont 900 sont des emplois permanents précise fièrement, Mme Sirois. Comme c’est le cas dans La Matapédia, la liste des entreprises de l’industrie forestière touchées par la pandémie est nombreuse. « À ce stade-ci, il faut faire un examen chacun pour soi puis se mettre en mode collaboration plus que jamais, et surtout miser sur l’innovation. Il faut se distinguer des autres pour réussir à passer au travers cette vague et se préparer aux suivantes, s’il y en a. On ne peut le savoir maintenant. Je suggère aux propriétaires forestiers de s’ouvrir à la diversification en poursuivant l’aménagement. Je pense qu’en ce moment tout le monde en subit les impacts. D’un autre côté, nous avons besoin de budgets supplémentaires. » 

Quant à la tordeuse des bourgeons de l’épinette, Mme Lavoie se réjouit de la décision de la SOPFIM de procéder aux arrosages, alors que Mme Sirois aimerait bien voir son territoire arrosé de façon préventive. « Pourquoi attendre que la TBE arrive? » 

De toute évidence, que l’on parle des dossiers antérieurs, comme les taxes foncières et la règlementation sur les milieux humides ou des nouveaux dossiers à venir, ceux reliés à l’industrie forestière, les deux préfètes appréhendent des impacts importants et coûteux… prêtes à réagir certes, mais avec peu de moyens financiers.

 

Par Chantale Arseneault, coordinatrice à l’information du SPFBSL

Source : Perspectives Forêts - Juin 2020

Mobilisation importante des forces vives de la région dans l’identification de trois projets prioritaires pour la relance économique du Bas-Saint-Laurent

EACBSL 2En suivi au mandat lui ayant été confié en mai dernier par la ministre du Développement économique régional et ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Mme Marie-Eve Proulx, d’identifier trois projets prioritaires pour relancer l’économie bas-laurentienne, l’Espace d’accélération et de croissance du Bas-Saint-Laurent (EACBSL)[1], en collaboration avec le Pôle d’économie sociale du Bas-Saint-Laurent et la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREM BSL), vient de déposer au ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) les résultats d’un vaste exercice de consultation et de priorisation mené auprès des divers acteurs socio-économiques et des élus de la région.

« Rapidement, nous avons mis en place un comité de travail réunissant des représentants du monde municipal, de l’économie sociale et de l’entrepreneuriat privé ainsi que l’équipe régionale du MEI. Nous avons procédé à un vaste sondage en ligne auquel plus de 250 personnes et organisations ont répondu et avons organisé ensuite un forum en visioconférence réunissant une cinquantaine de personnes pour disposer des résultats. Enfin, un comité de priorisation formé d’une quinzaine de personnes s’est réuni ce lundi 13 juillet sous l’égide des deux coprésidents de la démarche, M. Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la Table régionale des élu(e)s municipaux, et la ministre Marie-Eve Proulx, pour identifier les trois axes de développement et les projets qui y sont rattachés », d’expliquer Joël Bourque, directeur général de Développement économique La Pocatière, l’organisme fiduciaire en charge de l’administration de l’EAC BSL.

« Au terme des consultations, les axes retenus sont : l’énergie renouvelable, les infrastructures de télécommunication et les technologies numériques, ainsi que l’agroalimentaire. Ces axes correspondent à la volonté des Bas-Laurentiens d’entrer de plein pied dans la nouvelle ère de développement économique qui s’ouvre à la lumière des constats faits pendant la pandémie », précise Michel Lagacé, qui se dit extrêmement
satisfait de la teneur des discussions. « En ce qui concerne les projets retenus, soulignons le projet communautaire d’exploitation d’un potentiel éolien de 1 200 mégawatts par les régies intermunicipales de l’énergie de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et du Bas-Saint-Laurent, en collaboration la Première Nation Malécites de Viger, la MRC de Montmagny, celle de L’Islet et des investisseurs privés, qui représente à lui seul près de 2,4 milliards de dollars en investissements et des bénéfices nets de 35 à 40 millions $ par année pour les partenaires de la communauté. Le second projet consiste à déployer un réseau de communication cellulaire et internet haute vitesse sur l’ensemble du territoire bas-laurentien », poursuit le coprésident de la démarche. « Le Bas-Saint-Laurent doit compléter ce virage technologique pour affronter les défis liés à la délocalisation du travail, au recours accru aux outils de communication en ligne pour les échanges et le commerce et aux nombreuses opportunités offertes par le numérique sur l’amélioration de la performance et de la compétitivité de nos entreprises, tant dans le secteur manufacturier que dans celui du commerce de détail. Enfin, la région souhaite déployer un réseau d’unités de production agroalimentaire en milieu fermé, comme par exemple des serres, des installations d’aquaculture ou d’aquaponie (qui combine production maraîchère et élevage de poissons), pour augmenter son autonomie alimentaire et contribuer à celle du Québec tout entier », d’indiquer Michel Lagacé.

« Je suis très fier du travail effectué par l’équipe de l’EACBSL et les partenaires qui ont contribué à cet important exercice de concertation », a pour sa part déclaré Martin Soucy, maire de Mont-Joli et représentant des élu(e)s municipaux à l’Espace d’accélération et de croissance du Bas-Saint-Laurent. « Je suis toujours impressionné par la capacité de notre milieu à se serrer les coudes et atteindre un tel niveau de mobilisation. Je tiens à remercier la ministre Proulx de sa confiance envers l’EACBSL et demeure convaincu que les forces vives de notre communauté, en collaboration avec nos partenaires gouvernementaux, sauront mener à bien ces projets de relance économique au profit de toute la région », conclut-il.
_______________________________
[1] Les espaces régionaux d’accélération et de croissance ont pour mandat de faciliter la concertation, la collaboration et la communication entre les acteurs d’une même région pour favoriser la croissance et l’accélération des entreprises via l’innovation et la créativité.

Consultation sur les priorités de développement économique des régions : un nouveau partenariat pour un projet de développement éolien majeur dans l’Est-du-Québec

Ruralys CRDBSLL’Alliance éolienne de l’Est, formée des Régies intermunicipales de l’Énergie du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, les MRC de l’Islet et de Montmagny annoncent qu’elles travailleront conjointement pour présenter au gouvernement du Québec un projet suprarégional visant la poursuite du développement de la filière éolienne. L’entente de collaboration a été conclue hier en soirée au terme des assemblées du conseil des maires des MRC de l’Islet et de Montmagny.

Ce projet d’affaires d’envergure, qui représente des investissements de plus de 3 milliards de dollars et des bénéfices nets dans les communautés de 35 M$ à 40 M$ par année, est établi dans le contexte où le gouvernement du Québec a invité les régions à présenter des priorités de développement contribuant à relancer l'économie affaiblie par la crise sanitaire. Le présent consortium provenant de 3 régions, de 16 MRC et de la Première Nation Malécite de Viger, est créé dans le but de présenter un projet commun de développement éolien, et ce, en complémentarité avec les autres priorités qui seront identifiées dans chacune des régions. 

Un fort potentiel énergétique pour une relance de l’économie rapide

L'Alliance de l'Est a souhaité associer les MRC de L'Islet et de Montmagny à ce nouveau projet en raison du fort potentiel de production éolienne présent sur le territoire et de la proximité de la ligne principale de transport d'électricité. Les partenaires estiment en effet que l’initiative contribuera à redynamiser l'économie régionale, tout en dotant le Québec et Hydro-Québec d'une offre d'énergie renouvelable à un tarif très concurrentiel. Ce projet suprarégional repose ainsi sur 2 axes de développement complémentaires :

1. Le développement et la mise en service de parcs éoliens communautaires par le biais d'un décret ministériel exigeant le lancement d'un appel d'offres d'énergie éolienne de 1 200 mégawatts. L’objectif serait de combler les besoins d'Hydro-Québec pour l'approvisionnement local et de saisir les opportunités liées à l'exportation d'électricité.

2. La réalisation de travaux importants sur les lignes de transport d'électricité d'Hydro-Québec desservant la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent afin de permettre l'exploitation additionnelle du gisement éolien sur le territoire.

Le consortium déposera le projet cet été au gouvernement du Québec et à la ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent, Madame Marie-Ève Proulx. Les partenaires considèrent qu’il serait possible de démarrer la mise en chantier dès 2021, alors qu’un début des opérations commerciales seraient envisageables en 2024. On parle ainsi de retombées économiques rapides contribuant à redresser de façon importante la situation économique dans l’Est-du-Québec.

Citations 

« Quelques mois après avoir reçu une reconnaissance pancanadienne pour son modèle d’affaires pour leur participation dans des parcs éoliens, l’Alliance éolienne de l’Est est très enthousiaste d’élargir son partenariat avec deux autres MRC de la région de Chaudière-Appalaches, et ce, dans
le cadre du dépôt d’un projet suprarégional pour la relance économique du Québec », Monsieur Simon Deschênes, président de la Régie intermunicipale de l’énergie de la Gaspésie.

« La Table régionale des élu[e]s municipaux et la Régie intermunicipale de l’Énergie du Bas-SaintLaurent sont heureuses de s’associer, dans le cadre des consultations sur les projets régionaux prioritaires menées par la ministre responsable de la région, Madame Marie-Ève Proulx, afin de proposer un projet de développement éolien ambitieux. Ce dernier est porté par un ensemble de partenaires municipaux et autochtones avec des bénéfices financiers projetés de près de 1 MM$ sur vingt-cinq ans », Monsieur Michel Lagacé, président de la TREMBSL et la Régie intermunicipale de l’énergie du Bas-Saint-Laurent.

« Le développement de l’énergie éolienne sur notre territoire ancestral, le Wolastokuk, s’inscrit dans la continuité des partenariats auxquels a pris part notre Première nation au cours des dernières années. Le projet témoigne de notre engagement à protéger et à mettre en valeur le Wolastokuk et à maintenir des relations durables avec les instances régionales », Monsieur Jacques Tremblay, Grand chef du Conseil de la Première Nation Malécite de Viger.

« La MRC de Montmagny est également heureuse de participer à la proposition d’un projet de développement éolien structurant et important pour le Québec de demain, dans le cadre des consultations du gouvernement du Québec, en s’associant avec d’autres partenaires afin de proposer un projet d’énergie renouvelable qui aura des retombées financières pour les milieux ruraux », Madame Jocelyne Caron, préfet de la MRC de Montmagny.

« La MRC de L’Islet est fière de s’associer à un partenariat unique qui permettra de générer des revenus qui iront renforcer la capacité de nos municipalités pour maintenir et développer les infrastructures et améliorer la qualité de vie des citoyennes et citoyens », Monsieur René Laverdière, préfet de la MRC de l’Islet.

 

À propos de l’Alliance de l’Est

Formée des Régies intermunicipales de l’Énergie du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, l’Alliance éolienne de l’Est a été créée en juillet 2014 pour participer à titre de partenaire public à l’appel d’offres d’Hydro-Québec pour l’achat de 450 MW d’énergie éolienne. Grâce à cette initiative, les 154 municipalités de l’Est-du-Québec sont maintenant copropriétaires à 50 % des parcs éoliens Roncevaux et Nicolas-Riou.

Le « Café des Forêts » voit le jour à Pohénégamook

cafédesforêtsC’est au 1571 rue Principale, sur la Route des frontières, à l’entrée de la MRC de Témiscouata, qu’un nouveau commerce à la fois original et ancré dans son milieu ouvrira ses portes ce samedi 11 juillet. Le « Café des Forêts » offrira des produits du terroir Témiscouatain et sera ouvert du jeudi au dimanche de 11 h à 19 h, et ce, jusqu’au 23 août prochain.

Le « Café des Forêts » est un projet qui vise principalement à rassembler et mettre en valeur un échantillonnage de produits exclusivement fabriqués par les artisans, les producteurs et les artistes de la MRC de Témiscouata.

Les visiteurs du « Café des Forêts » y retrouveront miel, beurre et sirop d’érable, chips de pommes, coulis de camerise, mille-feuilles à l’érable, artisanat local, catalogne, pantoufles, objets de bois, œuvres d’art, miel de sapin, café au lait, espresso crème à l’érable, Ponik, beigne au miel, limonade glacée à la camerise et autres petits plaisirs aux couleurs du Témiscouata. Que ce soit pour le plaisir de vos yeux ou pour satisfaire vos papilles gustatives, une visite au « Café des Forêts » de Pohénégamook saura assurément éveiller tous vos sens. Vous y vivrez une expérience unique où vous pourrez découvrirez l’essence même et l’âme créative de notre territoire Témiscouatain.

Pour les habitués, ou les plus pressés, et pour faciliter la distanciation sociale, le « Café des Forêts » a également prévu un service de commande à l’auto qui permettra aux gens de commander sur place ou à l’avance par téléphone pour déguster nos produits dans le confort de leur hébergement ou de leur voiture grâce à notre grand stationnement qui sera également mis à la disposition des clients.
Que vous soyez de passage, ou que vous soyez résidents de la région, le « Café des Forêts » deviendra rapidement un arrêt incontournable.

Toute l’équipe du « Café des Forêts » est vraiment fière d’avoir participé à la réalisation de ce projet d’affaires novateur qui vise à mettre son épaule à la roue pour consolider la vitalité sociale et économique de Pohénégamook et de toute la grande région du Témiscouata. « Nous avons hâte de vous accueillir ! » 

 

Les spectacles, toujours vivants au ROSEQ !

ROSEQ été 2020Du 12 juillet au 30 août 2020, 14 diffuseurs membres du ROSEQ auront le plaisir d'ouvrir leurs portes au public curieux et impatient de retrouver ses artistes favoris dans des spectacles en salle ou des événements extérieurs. 11 artistes ou duos seront en tournée pour présenter plus de 80 représentations à travers l'est du Québec. Chanson et humour seront au rendez-vous avec Annie Villeneuve, Colin Moore, Dawn Tylor Watson, Geneviève Jodoin, Les Deuxluxes, Mélodie Spear, Natasha Kanapé, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, Sara Dufour, Saratoga et Simon Kearney. Le détail des tournées se trouve sur le site web du ROSEQ. Les places étant limitées, il est dès maintenant possible de s’informer sur l’achat de billets auprès de son diffuseur local en visitant leur site web.

À travers cette série de spectacles intitulée « Rencontre essentielle », le ROSEQ propose un banc d’essai de spectacles dans le contexte des mesures sanitaires de la pandémie de la COVID-19. Les tournées qui prendront la route de l’est du Québec permettront de documenter l’impact sur les artistes, le public et les diffuseurs dans une perspective d’optimisation des modèles d’affaires. Un protocole sanitaire a été mis en place en cohérence avec le guide recommandé par la CNESST afin de protéger la santé du public et des employés de chacune des salles. Les spectateurs sont invités à prendre contact avec leur salle locale pour plus de renseignements sur ces règles sanitaires.

Sous le slogan Spectacles toujours vivants, la série Rencontre essentielle est accompagnée d'une campagne web intitulée : #artsvivantsessentiels. Rendez-vous sur le Facebook et l'Instagram du ROSEQ pour en savoir davantage. C’est grâce à l’appui de fidèles et importants partenaires tels qu’Hydro-Québec, le Conseil des arts et des lettres du Québec, Patrimoine canadien, LOJIQ et Radio-Canada Est-du-Québec que le ROSEQ peut relever ce défi exceptionnel.

Le ROSEQ est un réseau de 32 diffuseurs pluridisciplinaires en arts de la scène répartis sur un imposant territoire dans les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de la Côte-Nord et de la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine. Le réseau coordonne plus de 800 spectacles et 300 tournées par année. La série Rencontre essentielle regroupe les diffuseurs suivants : Diffusion culturelle de Lévis, Rivière-du-Loup en spectacles, Les 4 Scènes du Témiscouata, Le Vieux Théâtre de St-Fabien, Diffusion Mordicus d’Amqui, Maximum 90 de Carleton-sur-Mer, Comité culturel Les Moussaillons de Paspébiac, Au Vieux Treuil des Îles-de-la-Madeleine, le Village en chanson de Petite Vallée, le Comité de spectacle de Havre-St-Pierre, le Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier, le Comité de spectacles de Fermont, le Festival de la chanson de Tadoussac ainsi que l’Île du Repos de Péribonka.

Cueillir et savourer le Bas-Saint-Laurent

Cueillir et savourer le B S LLa saison d’autocueillette est officiellement lancée ! La Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent, la Fédération de l’UPA du Bas-Saint-Laurent et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation vous invitent à visiter les différentes entreprises d’autocueillette du Bas-Saint-Laurent pour y cueillir fruits et légumes.

Une liste et une carte des entreprises d’autocueillette bas-laurentiennes ont été créées afin de faciliter l’accès à leurs informations. Ne cherchez plus où seront vos prochaines escapades gourmandes, tout se trouve sur ce lien Internet : http://tcbbsl.org/autocueillette-bsl/

« L’autocueillette c’est avoir les mains directement dans la terre, au milieu de magnifiques paysages. C’est une expérience inspirante, amusante et éducative. C’est comprendre un peu plus le monde agricole et rencontrer des gens fiers et passionnés. Et évidemment ça favorise l’achat local et les circuits courts. Le plaisir de cueillir et de savourer ces fruits et légumes est donc immense ! », mentionne Catherine Côté chargée de projet en agrotourisme à la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent. 

Participez au concours qui se déroule sur la page Facebook de la Table de concertation bioalimentaire et courrez la chance de gagner le nouveau livre de Julie Aubé Mangez Local, Recettes et techniques de conservation pour suivre le rythme des saisons : https://bit.ly/FBautocueilletteBSL

Cet été on cueille et on savoure le Bas-Saint-Laurent !

La campagne de sociofinancement « Au Témiscouata, du resto au frigo » dépasse son objectif

LOGO Au Témiscouata du resto au frigoLa MRC de Témiscouata et ses partenaires sont heureux d’annoncer que la campagne de financement participatif « Au Témiscouata, du resto au frigo » a réussi à dépasser son objectif fixé à 25 000 $. La générosité des gens de notre région, de nos partenaires et de Desjardins nous a permis d'amasser la somme de 59 676 $. Les contributions versées permettront d’offrir des repas gratuits aux personnes qui ont besoin d’aide alimentaire et de soutenir les entreprises de restauration dans la relance de leurs activités. Ce sont 2500 repas qui seront offerts aux Cuisines collectives de Cabano, de Dégelis, du Haut-Pays, à la Petite bouffe des Frontières et à l’Autre-Toit du KRTB pour qu’ils soient distribués gratuitement aux gens faisant appel à leurs services.

« Grâce aux généreuses contributions, la campagne Au Témiscouata, du resto au frigo, permettra d’atténuer les difficultés vécues par les restaurateurs et les plus démunis de notre communauté pendant la période de confinement. Je tiens également à saluer la précieuse implication de nos partenaires dans le projet. Avec son programme Du cœur à l’achat, Desjardins injecte dans la campagne l’importante somme de 25,000 $. En contribuant, les gens ont fait une différence en améliorant la qualité de vie de plusieurs concitoyens qui vivent plus difficilement la pandémie », souligne Madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata.

Madame Sirois tient à remercier sincèrement tous les contributeurs et nos partenaires, dont le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata Denis Tardif, la SADC de Témiscouata, Boralex, le Carrefour Jeunesse Emploi de Témiscouata et bien-sûr Desjardins.

Du resto au frigo PANNEAU PARTENAIRES

Pohénégamook met en valeur ses meilleurs atouts pour la saison touristique estivale

Louise LabontéDans le but de promouvoir Pohénégamook en tant que destination touristique, la Ville lance un Guide des attraits et services entièrement revampé avec une mise en page allégée, un graphisme convivial et de nombreuses photos en couleur. Par cette initiative, la Ville désire inciter les visiteurs à emprunter la Route des frontières afin de venir passer du bon temps à Pohénégamook ainsi que dans les environs.

Réputée pour abriter l’une des plus belles plages d’eau douce du Québec, Pohénégamook a amplement de quoi plaire à toute la famille : baignade, jeu gonflable géant, planche à pagaie (sup), canot, kayak, volley-ball de plage... À ceci s’ajoute une panoplie d’autres activités de plein air toutes aussi intéressantes : golf, pêche, voile, descente de rivière en canot, randonnée pédestre, etc. Le Guide des attraits et services de Pohénégamook présente l’ensemble de ces activités, en plus de recenser les endroits à visiter, les sites d’hébergement certifiés, les lieux de restauration et les commerces locaux.

Après les mois de confinement dus à la pandémie, les gens ont besoin de se changer les idées, de bouger et de s’amuser. Dans cette perspective, Pohénégamook est la destination touristique par excellence. « Notre offre d’activités est principalement axée sur le plein air, ce qui diminue les risques de transmission du virus. Par ailleurs, nos commerçants et nos entreprises touristiques ont mis en place des mesures sanitaires visant à recevoir les visiteurs dans un contexte sécuritaire » explique Louise Labonté, mairesse de Pohénégamook. Les personnes désireuses de consulter le guide peuvent visionner la version électronique sur le site Internet de la Ville, ou se procurer un exemplaire papier au bureau d’accueil touristique (1309, rue Principale). À noter que ce dernier est ouvert à tous les jours, de 8 h à 18 h.

 

P.J. : Photo de Mme Louise Labonté, mairesse, montrant le Guide des attraits et services de Pohénégamook, 

édition 2020-2021.

Covid-19 : report du Salon des Artistes et Artisans en 2021

Salon des Artistes et ArtisansCompte tenu des mesures gouvernementales appliquées à ce jour en lien avec la COVID-19, le conseil d'administration de l'Association des Arts du Témiscouata se voit dans l’obligation de reporter son édition du Salon des Artistes et Artisans 2020 en 2021. Nous prévoyions accueillir près de 450 visiteurs, rassemblement nettement supérieur à celui dicté par le gouvernement du Québec pour de tels événements.

Nous sommes conscients de la situation actuelle et tenons à protéger la santé de nos artistes et artisans participants et de tous les visiteurs. Le prochain Salon des Artistes et Artisans aura donc lieu au début novembre 2021 à Dégelis. Nous vous informerons des dates ultérieurement.

Le conseil d'administration communiquera avec l’ensemble de ses partenaires pour faire le point sur la situation actuelle et les perspectives pour l’an prochain. Le conseil d'administration vous invite à demeurer forts et solidaires en ces temps difficiles. Ensemble, nous en sortirons plus forts! Si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à communiquer avec Jeannot Raymond au 418-853-6614 ou par courriel à arts.temiscouata@gmail.com .

Aster développera de nouvelles activités Covid-proof !

Aster soirLa station scientifique Aster est heureuse d’annoncer une contribution de 40 000$ du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire (FUAC) pour son projet de l’Académie Aster. Cette somme aidera l’organisme à déployer de nouvelles animations pour les jeunes de partout au pays à l’ère de la pandémie de Coronavirus.

D’une manière plus concrète, la station scientifique installera deux postes d’animation pour réaliser des activités en visio-conférence à l’intention des écoles. Les postes seront équipés de tout le nécessaire pour diffuser des contenus et discuter avec des classes de partout, en direct. Aster pourra ainsi continuer d’accompagner les professeurs dans l’enseignement des sujets scientifiques. Un portail web devrait également être conçu de manière à offrir une expérience complète aux jeunes qui entreront en contact avec l’un des animateurs d’Aster. On pourra y retrouver des expériences, des suggestions d’activités et des liens menant à du contenu provenant de collaborateurs.

« Pour Aster, cet appui représente une véritable révolution pour ses ateliers scolaires », se réjouit son directeur Stéphane Madore. « Nous avions fait un premier pas vers le support à l’enseignement à distance avec les changements de nos antennes fournissant l’Internet haute vitesse à la station scientifique. Le projet de l’Académie Aster vise à créer de nouvelles animations pour aller à la rencontre des élèves de partout, en brisant la barrière de la distance et de la langue. Car notre ambition est d’offrir des activités pour les jeunes d’âge primaire et secondaire dans toutes les provinces et territoires du Canada en utilisant la technologie pour se rendre à eux. », de poursuivre le directeur d’Aster.

Ainsi, les activités pourront rejoindre les communautés autochtones, les classes d’élèves francophones des autres provinces du Canada, les élèves issus de l’immigration et qui ont besoin d’avoir une immersion ou les communautés reculées qui avaient de la difficulté à accueillir des organismes de vulgarisation comme Aster.

Cette évolution est aussi rendue nécessaire en raison des mesures de distanciation sociale en vigueur en ce moment. Il est pour l’instant difficile de se déplacer dans les écoles du Québec dans les planétariums portatifs utilisés pour présenter des sujets d’astronomie. Ces salles immersives invitent les curieux à entrer dans un espace clos où la chaleur et la trop faible circulation de l’air pourraient devenir des agents de propagation de la COVID-19. Soucieux de la santé de sa clientèle tout comme de son équipe, Aster est en attente de directives de la santé publique sur les conditions d’utilisation de ses équipements pour l’année scolaire 2020-21.

Le FUAC est un nouveau partenariat pancanadien déployé pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables et touchées de manière disproportionnée par la COVID-19. C’est la Fondation Québec Philanthrope qui a été mandatée pour gérer et distribuer les sommes auprès des organismes qui se qualifient pour ce programme des régions de la Capitale-Nationale, de Chaudières-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent.

Cette contribution du FUAC s’ajoute à d’autres confirmations déjà obtenues telles que le Mouvement Desjardins, le Fonds régional d’investissement en économie sociale du Bas-Saint-Laurent et le Centre de services scolaires du Fleuve-et-des-Lacs. Au total, le projet de l’Académie Aster a obtenu pour plus de 140 000$ en contributions ou en confirmations. D’autres partenaires devraient se joindre à ce projet prochainement.

Aster a comme mandat d’aider les gens à mieux comprendre les sujets de science. Elle abrite l’observatoire d’astronomie ainsi que son espace muséal au Témiscouata. L’équipe d’Aster anime aussi pour des groupes d’âge scolaire, pour des clubs sociaux et lors de rassemblements publics dans la région, la province et même au Canada.

Aster au temps du Coronavirus : saison touristique 2020

AsterLa station scientifique Aster tient à aviser la population de son mode de fonctionnement pour la prochaine saison touristique. Cette décision a été entérinée par le conseil d’administration d’Aster, qui s’est réuni récemment.

Dès le lundi 29 juin, seules les activités sous le dôme de l’observatoire seront maintenues pour la saison touristique 2020. Cet été, Aster fonctionnera avec une formule sur réservation pour des groupes d’un maximum de sept (7) personnes, le tout dans le but de répondre aux impératifs de distanciation sociale. De plus, les visiteurs devront obligatoirement porter un masque de protection.

Pour réserver, les gens pourront aller sur le site Internet de l’observatoire au asterbsl.ca et en payant via Paypal ou communiqueront directement avec l’équipe d’Aster en composant le 418-854-2172 et devront donner leur informations de carte de crédit. Aucun autre moyen de paiement ne sera accepté.

L’équipe d’Aster consultera fréquemment les conditions du ciel et avisera la population des belles soirées d’observation à venir. La page Facebook d’Aster sera mise à jour régulièrement et donnera de l’information sur les disponibilités de l’équipe d’animation. Abonnez-vous sur la page de L’expérience Aster pour être les premiers à avoir la chance de réserver votre place pour le spectacle du ciel étoilé.

C’est à regret que nous avons dû laisser tomber les activités muséales ainsi que sa boutique. De plus, l’édition 2020 du Festival des Perséides est annulée. Les mesures sanitaires rendant trop contraignantes la tenue d’activité et d’événement dans le contexte actuel. Des activités ponctuelles ou encore pour les camps de jour seront mises en place tout en respectant les règles en vigueur. Nous pourrons ainsi déployer notre équipe d’animation pour des activités ciblées.

Malgré cette saison estivale plus calme, l’équipe ne sera pas au repos pour autant. Nous sommes à développer de nouvelles animations pouvant se faire à distance pour supporter l’enseignement dans les écoles pour l’année 2020-21. De bonnes nouvelles à ce sujet vous seront communiquées très prochainement.

L’équipe d’Aster tient à vous remercier de votre compréhension et nous vous souhaitons à tous la meilleure saison estivale possible.

Fortes précipitations à Pohénégamook : la ville demande l'assistance de la sécurité publique

VieuxChemin 063 recadrLe Service des travaux publics de Pohénégamook, en collaboration avec le ministère des Transports, est toujours à l’œuvre pour réparer les bris sur le réseau routier causé par le violent orage du 21 juin dernier. Certaines propriétés ont également été endommagées par la chute d’arbres ou par l’infiltration d’eau dans les fondations. Face à l’ampleur des dégâts, la Ville de Pohénégamook sollicite l’assistance de la Sécurité publique pour l’aider à remettre en état son réseau routier et pour soutenir financièrement les résidents affligés par ce nouvel épisode météorologique.
Les fortes précipitations ont entraîné des débordements de fossés et la fragilisation du réseau routier. Les endroits les plus touchés sont le Veux Chemin, la route 289 entre les kilomètres 50 et 53, ainsi que le secteur de la rue Bellevue et de la Côte St-Joseph. Le rang de la Montagne a également été encombré par une coulée de terre, ce qui a conduit à sa fermeture temporaire. « Notre priorité est de rétablir la circulation sur l’axe de la 289 le plus rapidement possible. Nous avons donc concentré nos efforts sur la réfection du Vieux Chemin afin que le MTQ puisse dévier la circulation sur cette voie pendant les travaux de réparation de route 289. » explique M. Sébastien Pelletier, directeur du Service des travaux publics de la Ville de Pohénégamook. L’axe 289 est une voie essentielle pour assurer le déplacement des services d’urgence au Transcontinental et pour le transport de marchandises.

Bien que l’évaluation des coûts des travaux soit en cours, il est d’ores et déjà évident pour l’administration municipale qu’une aide financière de la Sécurité publique sera nécessaire pour parvenir à couvrir ces dépenses imprévues. Par ailleurs, les citoyens dont la propriété principale a été endommagée lors de l’orage sont invités à prendre des photos des dégâts, à appeler leur assureur puis à enregistrer une déposition à l’hôtel de Ville. Leur dossier sera ensuite acheminé à la Sécurité publique pour analyse afin de déterminer si un soutien éventuel pourrait leur être offert.

Si la Ville a pu réagir aussi rapidement, c’est notamment parce qu’elle a tiré des leçons de l’inondation de 2015. « Notre plan de sécurité civile est à jour et nos équipes étaient prêtes à intervenir. » déclare la mairesse, Mme Louise Labonté dont les souvenirs du sinistre survenu cinq ans plus tôt lui sont encore bien vifs. « Le conseil municipal est très sensible aux enjeux climatiques et aux impacts qu’ils ont sur notre territoire. C’est d’ailleurs dans le but de mieux comprendre les points vulnérables de notre territoire et d’augmenter notre résilience face aux aléas météorologiques que nous avons élaboré le Plan directeur de l’eau du bassin versant du lac Pohénégamook » ajoute Mme Labonté. Le conseil municipal tient également à remercier le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, M. Denis Tardif, et son équipe qui se sont dépêchés sur les lieux le 23 juin afin de faire une reconnaissance sur le terrain et d’apporter leur soutien.
La Ville rappelle aux citoyens que pour tous travaux sur leur propriété, il est nécessaire de faire la demande d’un permis de construction/rénovation auprès du service d’urbanisme et que les ouvrages de stabilisation des rives doivent être conçus par des professionnels.

P.J. : Photo (1) endommagement de l’accotement et (2) travaux sur le Vieux Chemin

Lancement d’une toute première campagne promotionnelle 100 % bas-laurentienne : le secteur touristique peut enfin redire Bonjour! à la visite.

Guide touristique Bas Saint Laurent 2020 2021Tourisme Bas-Saint-Laurent a mis sur pied une toute première campagne estivale pour les Bas-Laurentiens afin qu’ils (re)découvrent leur région et qu’ils deviennent des ambassadeurs convaincus. Distribution du guide touristique, diffusion de chroniques radio et télé, partage de billets de blogue inspirants et animation constante des réseaux sociaux sauront inspirer les vacanciers à #PrendreLeTemps.

« C’est une saison pas comme les autres, alors ça sera une campagne estivale pas comme les autres! Ce n’est pas habituel pour nous de parler aux gens du Bas-Saint-Laurent. Notre mission c’est d’attirer des gens d’ailleurs à venir passer leurs vacances ici. Cette fois-ci, on veut donner le goût aux Bas-Laurentiens de sortir, de partir à la découverte de la région, de renforcer leur sentiment d’appartenance, de les sensibiliser à l’importance de l’industrie touristique régionale et d’en faire des ambassadeurs régionaux convaincus et convaincants. », lance Pierre Fraser, coordonnateur marketing à Tourisme Bas-SaintLaurent.

La campagne se décline en plusieurs volets tout au long de l’été. Dès la semaine du 22 juin, tous les habitants du Bas-Saint-Laurent recevront le guide touristique officiel 2020-2021 dans leur publisac. Ce guide leur sera utile pour découvrir la région certes, mais aussi pour participer aux différents concours qui auront lieu durant l’été.

Des chroniques touristiques seront produites tant à la télé qu’à la radio pour informer la population sur ce qu’il est possible de faire cet été. Les partenaires de Tourisme Bas-SaintLaurent sont aussi mis à contribution pour cette campagne par leur participation à la création de contenu de billets de blogue, de chroniques touristiques et pour offrir des forfaits lors d’un concours.

De plus, les lieux d’accueil et d’information touristique seront ouverts dès le 24 juin afin de renseigner la clientèle de façon sécuritaire, sur les activités offertes dans la région.

« À l’image des entreprises touristiques qui ont été résilientes et persévérantes, l’équipe marketing a mis les bouchées doubles pour offrir une campagne à vous rendre fier d’être bas-laurentien, mais aussi afin de soutenir les entrepreneurs de la région qui sont souvent des membres de votre famille, des amis, des voisins… » affirme Pierre Lévesque, directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent.

Avec un printemps peu commun, les beaux jours nous font réaliser que l’été est à nos portes et qu’il est temps de penser à ses vacances… au Bas-Saint-Laurent.

École de musique du Témiscouata – EMT en tournée

EMTL’école de musique du Témiscouata (EMT) est très heureuse de se joindre à la MRC du Témiscouata pour vous annoncer son projet « EMT en Tournée ». Nos administrateurs se joindront à nos enseignants pour offrir cet été des prestations extérieures dans les résidences pour ainés du territoire.

« Nous souhaitions soutenir notre communauté en ces temps difficiles avec ce que nous savons faire de mieux : la musique! », de dire Annie Desrochers, directrice de l’École de musique. Les bienfaits de la musique sont nombreux et c’est particulièrement vrai pour nos ainés. C’est prouvé par des études et aussi des observations sur le terrain. La musique a un puissant pouvoir sur les fonctions cognitives du cerveau et sur la mémoire. Elle évoque, surtout pour les aînés, des souvenirs et des mélodies qu’ils connaissent et qui sont malheureusement parfois oubliés ou enfouis profondément, en raison de la maladie par exemple.

Une chose est sûre : la musique les fait rejaillir et provoque de belles émotions. C’est donc dans cette perspective que nos enseignants et nos administrateurs se déplaceront cet été dans dix résidences et CHSLD du Témiscouata pour partager un beau moment musical avec les ainés, et ce, dès le 23 juin prochain.


L’École de musique du Témiscouata est un organisme à but non-lucratif qui œuvre dans le développement musical au Témiscouata depuis 1998.

La SADC de Témiscouata dévoile ses résultats de l’exercice 2019-2020

sadcEn raison de la crise sanitaire en cours et pour respecter les directives de la Santé publique du Québec, les membres du conseil d’administration de la SADC de Témiscouata ont tenu hier soir l’assemblée générale de leur organisme, mais exceptionnellement sans la présence sur place de leurs membres. Les administrateurs ont présenté le rapport des interventions réalisées au cours de l’exercice 2019-2020 dans lequel on mentionne que la SADC de Témiscouata a autorisé des aides financières de 522 000 $ sous forme de prêt à terme dans 22 projets d’entreprise. Les projets soutenus ont généré, dans les communautés témiscouataines, des investissements totalisant près de 3 513 000 $ et permis de créer et de consolider 121 emplois.
Selon le président de la SADC, monsieur Vallier Daigle, un des faits marquants du dernier exercice, c’est sans contredit le travail qui a été réalisé et les résultats obtenus en développement économique local. Plusieurs projets ont connu des avancées importantes en terme de réalisation notamment l’Atelier collectif de transformation des aliments de Pohénégamook, le dépôt de la demande de reconnaissance d’un Créneau d’excellence en acériculture au Bas-Saint-Laurent dont l’annonce officielle par le gouvernement du Québec est attendue sous peu, l’aménagement de six haltes touristiques le long de la Route des Monts Notre-Dame, l’édition du Magazine Culture de Rang qui a permis de mettre en valeur l’agriculture et l’acériculture au Témiscouata et le projet Espace Campus qui a comme finalité d’intéresser et d’accueillir des étudiants à poursuivre leurs études professionnelles et collégiales au Témiscouata.
Au total, l’équipe de la SADC s’est impliquée dans 16 projets de développement économique local. Un montant de plus de 41 000 $ en contribution non remboursable a été autorisé pour soutenir ces projets.

D’autre part, la SADC permet également aux entrepreneurs de bénéficier de contributions sous forme d’aide financière non remboursable notamment pour l’achat d’expertise professionnelle afin d’appuyer les entreprises aux différentes étapes de leur croissance. À même ce programme, la SADC a consenti des aides de 10 800 $ et les membres de son personnel ont assuré un accompagnement en service-conseil auprès de 141 entreprises.

Soulignons qu’au début de l’exercice 2019-2020, Développement économique Canada (DEC) à confirmer à la SADC de Témiscouata le renouvellement d’une entente de contribution pour un terme de 5 ans. Le président a tenu à souligner que cette entente qui se chiffre à 2 275 000 $ et qui viendra à échéance le 31 mars 2024 est une belle marque de reconnaissance du gouvernement fédéral pour le travail que nous réalisons depuis 35 ans pour dynamiser l’économie des communautés du Témiscouata.

La préoccupation actuelle des dirigeants et du personnel de la SADC est d’appuyer les entreprises qui sont actuellement impactées par la pandémie du COVID-19. La SADC vient de recevoir une allocation financière de 1 030 000 $ de DEC pour soutenir les petites et moyennes entreprises du Témiscouata à passer à travers cette crise. Le directeur général de l'organisme, monsieur Serge Ouellet, confirme que tout est en place au niveau opérationnel pour livrer rapidement cette aide financière dans les entreprises admissibles d’ici le 15 juillet prochain.

Rappelons que la SADC de Témiscouata a pour mission de contribuer au développement économique du Témiscouata en déployant une vision d’avenir, ralliant les forces de la collectivité et en offrant aux entrepreneurs (es) et aux organisations de l’accompagnement, du soutien technique personnalisé et du financement adapté.

 

 

Espace Campus : Un projet novateur au Témiscouata

Logo EspaceCampusAu Témiscouata, plusieurs partenaires travaillent actuellement à la mise en place du projet Espace Campus. C’est un comité de citoyen qui est à l’origine de ce dernier auquel se sont joints différents organismes du milieu. Avec ce projet, nous souhaitons créer un esprit de campus sur le territoire témiscouatain pour l’ensemble des étudiants en formation postsecondaire soit à la formation professionnelle de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs ou au Centre d’études collégiales du Témiscouata.

Nos objectifs

Le projet vise à faciliter l’intégration des étudiants dans leur nouveau milieu de vie entre autres, dans leurs recherches pour un lieu d'hébergement et d’emploi, pour assurer leurs déplacements et pour l’organisation d’activités sociales et culturelles. Nous souhaitons démontrer la vitalité des établissements d’enseignement postsecondaire, mais aussi le milieu de vie unique dans lequel nos futurs diplômés évoluent. Nous souhaitons ainsi favoriser un sentiment de fierté auprès des étudiants de la région, mais aussi de faire découvrir le Témiscouata auprès de futurs étudiants de l’extérieur de la région.

Un site web dynamique

Afin de déployer le projet, un tout nouveau site web est mis à la disposition des étudiants ou futurs étudiants du Témiscouata. Celui-ci regroupe une gamme bien diversifiée de services offerts autant dans les établissements que dans la communauté. Chaque étudiant y trouvera son compte. N’hésitez pas à découvrir le www.espacecampus.ca, plusieurs informations y seront ajoutées durant la période estivale.

Si vous avez des questions concernant nos établissements d’enseignement d’ici l’automne prochain ou que vous souhaitez faire une inscription de dernières minutes, nous vous invitons à consulter la section programme de notre site web. Vous y trouverez les coordonnées des personnes à rejoindre.

Espace Campus : La vie étudiante au Témiscouata, j’y participe !

Fonds d'aide et de relance régionale (FARR) 8,4 M$ maintenant disponibles pour les PME du Bas-Saint-Laurent

sadcLa pandémie de la COVID-19 touche plusieurs entreprises. Les entrepreneurs ont plus que jamais besoin de soutien pour passer à travers cette période extrêmement difficile et planifier leur relance. Les SADC de la Matapédia, de la Mitis, de la Neigette, de Matane, de Témiscouata, des Basques, du Kamouraska et de la MRC de Rivière-du-Loup, reçoivent 8,4 M$ de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) dans le cadre du Fonds d’aide et de relance régionale (FARR). Cette contribution financière permettra d’aider les entreprises qui n’ont pu, jusqu’à maintenant, bénéficier de l’appui du gouvernemental fédéral. Chaque SADC recevra donc un montant de 1 059 701 $.
Les entrepreneurs sont invités à faire une demande auprès de leur SADC ou CAE. Pour vérifier leur admissibilité au FARR et trouver leur SADC ou CAE régional : sadc-cae.ca

PLUS QUE DU FINANCEMENT
L’aide octroyée par les SADC et CAE peut se faire sous forme de fonds de roulement pouvant aller jusqu’à 40 000 $ ou encore sous forme de contribution financière non remboursable pour des besoins d’aide technique comme des expertises spécialisées dans des domaines primordiaux actuellement chez nos clientèles comme l’adaptation aux mesures sanitaires, le développement de plan financier de continuité pour préparer l’avenir ou encore l’adoption des technologies pour le commerce en ligne.

Les SADC ou CAE pourront aussi réaliser ou collaborer à des initiatives de développement économique local comme des formations aux entreprises, la promotion d’achat local, des opérations de revitalisation de centres-villes et des campagnes publicitaires.

CITATIONS
« Les SADC et CAE ont la capacité et l’expertise pour fournir rapidement, aux entreprises et aux collectivités de leur région, l’aide financière dont ils ont grandement besoin en cette période de crise sans précédent. Le FARR est une solution concrète et je remercie très sincèrement l’honorable Mélanie Joly, ainsi que Madame Brière, pour leur écoute et leur contribution dans la mise en place de cette mesure. Je salue aussi le dévouement et la créativité dont les entrepreneurs de notre région font preuve pour faire face à cette crise. Le FARR est un appui de plus pour permettre aux entreprises de demeurer opérationnelles » souligne Vallier Daigle, président de la SADC de Témiscouata et représentant du Bas-Saint-Laurent au conseil d’administration du Réseau des SADC et CAE.

« Afin de livrer le Fonds d’aide et de relance régionale, Développement économique Canada pour les régions du Québec peut compter sur la collaboration des SADC et des CAE dont les services de proximité, l’expertise et le dynamisme permettront d’aider les entrepreneurs à relever les défis liés à la COVID-19. Ensemble, nous passerons à travers cette période difficile; retroussons nos manches pour relancer l’économie de nos régions! » mentionne l’honorable Mélanie Joly, députée d’Ahuntsic-Cartierville, ministre du Développement économique et des Langues officielles et ministre responsable de DEC.

« Les PME fournissent de bons emplois à des milliers de travailleurs partout au Québec. Nous devons nous assurer dès maintenant que les entrepreneurs disposent des ressources dont ils ont besoin pour pouvoir poursuivre leurs activités. Les SADC et les CAE sont les mieux placés pour offrir ce soutien, car ils travaillent chaque jour en étroite collaboration avec les collectivités du Québec et connaissent bien les réalités locales diverses » précise à son tour madame Élisabeth Brière, députée de Sherbrooke et secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles (Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec).

FAITS EN BREF
•Le FARR totalise une enveloppe de 211 M$ au Québec et est mis en œuvre en collaboration avec DEC, dont 71,3 M$ sont dédiés aux 67 SADC et CAE.
•Les 67 SADC (Sociétés d’aide au développement des collectivités) et CAE (Centres d’aide aux entreprises) travaillent depuis près de 40 ans au développement économique de leur collectivité. Le Réseau des SADC et CAE compte 1 400 professionnels et bénévoles qui soutiennent et financent chaque année plus de 10 000 entrepreneurs et projets de développement économique local. Les SADC et les CAE offrent aux entrepreneurs un accompagnement personnalisé et soutenu et des produits de financement souples et adaptés à leurs besoins.
•DEC est un partenaire fédéral clé du développement économique régional au Québec. Par l'entremise du Programme de développement des collectivités, DEC soutient financièrement le Réseau des SADC et CAE, les 57 SADC, situées dans les régions rurales désignées et les 10 CAE, situés dans des zones périurbaines.

Lancement de la campagne de sociofinancement « Au Témiscouata, du resto au frigo »

Logo DuRestoAuFrigoLa COVID-19 a profondément chamboulé notre mode de vie. Ce virus a affecté notre économie locale et accentué les difficultés vécues par plusieurs d’entre nous. La MRC de Témiscouata et ses partenaires ont donc organisé la campagne de financement participatif « Au Témiscouata, du resto au frigo ». Cette initiative a pour but d’offrir des repas gratuits aux personnes qui ont besoin d’aide alimentaire et de soutenir des restaurants de la région dans la relance de leurs activités. Les contributions versées à la campagne permettront à des restaurateurs volontaires de préparer des repas individuels. Ceux-ci seront remis aux cuisines collectives locales et à l’Autre-Toit du KRTB pour qu’ils soient distribués tout à fait gratuitement aux gens faisant appel à leurs services de dépannage alimentaire. Vous pouvez accéder à la capsule vidéo et aux détails de la campagne sur les sites de La Ruche laruchequebec.com/solidarite-temiscouata/ et de la MRC www.mrctemiscouata.ca, ainsi que sur la page Facebook de la MRC de Témiscouata.

« Avec notre campagne Au Témiscouata, du resto au frigo, nous faisons d’une pierre deux coups en contribuant à la fois au soutien d’un secteur important de notre économie, et en favorisant les activités de nos organismes communautaires qui accomplissent un travail exceptionnel en cette période de crise. C’est important de nous mobiliser et d’être solidaires, afin de soutenir nos restaurateurs et les plus démunis de notre communauté », indique Madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata.

L’objectif de la campagne est de 25,000$. Grâce au programme « Du cœur à l’achat », Desjardins doublera la somme amassée jusqu’à concurrence de 25,000$. Cette généreuse contribution de Desjardins sera remise directement aux organismes de première ligne, afin de les appuyer dans leur mission. Les contributeurs de 50$ et plus recevront un reçu fiscal et un certificat-cadeau échangeable dans le restaurant participant de leur choix. En investissant dans cette campagne, vous supportez la chaine de solidarité de notre région.

Liste des restaurants participants :

• Auberge du Village
• Amarante, épicerie écologique
• Boulangerie Couleur de blé
• Cantine Choupi
• Le Pub du Lac
• L’Intrigue Bistro et Hébergement
• Restaurant Le Petit Rouet
• Restaurant Mikes
• Resto Bar Le Stela
• Resto Chez Lelou

Liste des organismes d’entraide sociale participants :

• Les Cuisines collectives de Cabano
• Les Cuisines collectives de Dégelis
• Les Cuisines collectives du Haut-Pays
• L’Autre-Toît du KRTB
• La petite Bouffe des Frontières

Les élus se prononcent en faveur d’un soutien spécifique à l’industrie touristique

trembslLa Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) prend très au sérieux le cri d’alarme lancé par les associations touristiques du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie la semaine dernière. Si bien qu’elle a adopté une résolution pour demander au gouvernement de prendre des mesures spécifiques pour cette industrie lors d’une séance extraordinaire tenue mercredi le 3 juin.

« Nous sommes préoccupés par la situation de nos entreprises touristiques qui ont été parmi les premières touchées par la crise actuelle. Il s’agit d’un secteur qui souffrira longtemps de la baisse d’achalandage et du coût élevé des mesures sanitaires, qui pourront représenter jusqu’à 15 % des frais d’exploitation », analyse Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

« Déjà, nous avons des demandes de soutien financier en provenance des organisations et entrepreneurs touristiques qui sont confrontés à une situation très difficile, notamment à cause des coûts fixes qu’ils doivent assumés », a pour sa part déclaré Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup et membre de la TREMBSL. « On nous demande des subventions et des congés de taxes, mais les municipalités n’ont ni les pouvoirs légaux, ni les outils fiscaux pour les soutenir », ajoute-elle.

Les membres de la TREMBSL demandent donc au gouvernement du Québec de bonifier rapidement les mesures en place pour mieux répondre aux besoins de l’industrie touristique, notamment en mettant en place une aide financière temporaire non remboursable.

« On parle de 850 entreprises au Bas-Saint-Laurent et de 7 800 emplois directs, soit un emploi sur dix dans notre région », poursuit Michel Lagacé. « Ce sont des retombées économiques de 345 M$ et des recettes fiscales extrêmement importantes pour le gouvernement. Il faut une intervention rapide et efficace qui permettra à l’industrie de passer à travers la crise et de continuer à jouer un rôle de premier plan dans la prospérité du Québec pour les années à venir », conclut-il.

À propos de la TREMBSL
La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Fermeture de la Vieille Gare de Rivière-Bleue pour la saison estivale 2020

gareNous sommes dans l’obligation de fermer La Vieille Gare pour la saison touristique 2020.

Le Club d’artisanat Riverain a pris la décision de ne pas ouvrir la boutique d’art et d’artisanat cet été à cause de la pandémie; la plupart de leurs bénévoles sont des personnes à risque. Par le fait même, le guide étudiant aurait dû assumer seul la tâche de recevoir les visiteurs, de donner les directives, de voir à ce qu’elles soient respectées et de désinfecter les lieux.

Pour faciliter le travail du guide, nous avions d’abord pensé fermer La Petite Gare Aubut, le Café, le 2ième étage et mettre en place toutes les installations liées à la Covid19.

Cependant, les directives sanitaires concernant les institutions muséales interdisent les visites guidées et l’usage des audio-guides. Nous étions pourtant si fiers de mettre en place notre Circuit Audio guide «Mon village et son train» pour la saison 2020.

Que reste-t-il à offrir à nos visiteurs ?

La fermeture de La Vieille Gare a été, croyez-le, une décision très difficile à prendre mais, nous la croyons raisonnable dans les circonstances actuelles.

En attendant la saison touristique 2021, la Corporation du patrimoine travaillera à finaliser les projets en cours tels le circuit d’audio-guides, le nouveau site web et verra à l’entretien et aux réparations de la Vieille Gare principalement à la peinture extérieure. Aussi les administrateurs de la Corporation sont conscients que pour le futur, il faudra assurer la pérennité de ce précieux patrimoine qu’est La Vieille Gare de Rivière-Bleue.

Merci pour votre appui et à l’an prochain.

Une modification importante des habitudes de la SHAT pour lutter contre la COVID-19

shatLa Société d’histoire et d’archéologie du Témiscouata (S.H.A.T.) a la responsabilité morale de protéger les gens qui visitent ses installations. Pour ce faire, elle se doit de respecter le Guide de normes sanitaires en milieu de travail pour les institutions muséales et les bibliothèques – COVID-19 de la CNESST. Ainsi, la SHAT ajoutera, entre autres, une nouvelle signalisation pour la circulation et une série de stations de désinfectant à mains. Notez que, jusqu’à nouvel ordre, la CNESST ne permet pas aux musées d’offrir des visites guidées. Cela étant dit, les guides-animateurs du Fort Ingall seront présents sur les lieux des expositions pour informer les visiteurs sur le site historique pour la haute saison, qui débutera à la Saint-Jean-Baptiste. Les guides auront aussi comme responsabilité de limiter le nombre de visiteurs à l’intérieur de chacun des bâtiments pour respecter les normes de distanciation physique. Vous pouvez déjà visiter le Fort Ingall depuis le 1er juin à un tarif réduit pour la basse saison. Visitez notre site Internet pour plus de détails sur les horaires et les tarifs du Fort Ingall.

Notez qu’il est impossible pour la SHAT de permettre les rassemblements à l’intérieur du Fort Ingall. Cela signifie que le service de location de salle sera temporairement suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le service d’hébergement historique sera lui aussi suspendu jusqu’à nouvel ordre, selon les conseils de la santé publique du Bas-Saint-Laurent.

La SHAT tient à informer ses membres qu’elle ne pourra pas tenir son assemblée générale annuelle (AGA) à la date habituelle. Le Conseil d’administration tentera de faire une AGA en personne au mois de septembre 2020 et, dans le cas où cela serait impossible, elle aura lieu en ligne à l’automne 2020. Néanmoins, la SHAT mettra en ligne, sur son site Internet, son rapport d’activités pour l’année financière 2019-2020 dès le 17 juin.

La revue Témiscouata

Un numéro spécial inédit de la revue Témiscouata, écrite par monsieur Maurice Beauchamp, révisée par madame Nikole Dubois et éditée par le personnel de la SHAT, fait un retour en force cette année avec un grand dossier présentant les trouvailles les plus récentes sur les familles fondatrices du Témiscouata. La revue sera disponible le 17 juin sur Amazon.ca pour un montant de 5 $ +taxe et sera envoyée gratuitement via courriel aux membres de la SHAT.

Pour plus d’information sur les activités de la SHAT, visitez le www.fortingall.ca ou le www.museedutemiscouata.ca. Pour communiquer avec la Société d’Histoire et d’Archéologie du Témiscouata, merci de nous contacter par téléphone au 418 854-2375, par courriel au info@fortingall.ca, par la page Facebook du Fort Ingall ou la page Facebbok du Musée du Témiscouata.

Fermeture des toilettes publiques dans l’emprise de la piste cyclable

2681FRLa Corporation d’aménagement du lac Témiscouata et de la rivière Madawaska Inc. désire informer les utilisateurs du Parc linéaire interprovincial Petit Témis qu’en ces temps de pandémie de la COVID-19 et afin de respecter les consignes de la Santé publique; toutes les toilettes situées dans l’emprise de la piste cyclable à partir de la Route 232 à Témiscouata-sur-le-lac, secteur Cabano jusqu’à la frontière du Québec à Ville Dégelis, seront fermées au public jusqu’à avis contraire. Il est donc conseillé de planifier vos déplacements à vélo et à pied tout en prévoyant respecter les consignes sanitaires pour tous, émises par la Santé publique du Québec.

Afin de protéger la population, le gouvernement du Québec interdit les grands rassemblements intérieurs et extérieurs. (Tiré du site internet de www.quebec.ca / Lieux publics / 20-05-22

Le Parc linéaire interprovincial Petit Témis … un bien commun à respecter !

2613FRLa Corporation d’aménagement du lac Témiscouata et de la rivière Madawaska Inc. désire informer la population que suite à une inspection-terrain qui a eu lieu dernièrement sur le Parc linéaire interprovincial Petit Témis à partir de la Route 232 à Témiscouata-sur-le-lac, secteur Cabano jusqu’à la frontière du Québec à Ville Dégelis; nous avons malheureusement constaté que la surface de roulement a été grandement détériorée par la circulation de véhicules non-autorisés et ce depuis la fermeture de la piste cyclable à l’automne dernier.

Il est à noter que depuis deux ans, des investissements majeurs en provenance de divers paliers gouvernementaux, d’associations et d’organismes sans but lucratif ont été injectés dans la réfection de la piste cyclable. Il est malheureux de remarquer qu’une minorité de gens irrespectueux ont endommagé la surface de roulement du parc qui est utilisé par les familles, enfants et adultes autant cyclistes que piétons qui ont à coeur la pérennité du Parc linéaire.

La ministre Marie-Eve Proulx se réjouit des projets qui permettront à 1 240 foyers du Bas-Saint-Laurent d’avoir accès à Internet haut débit

image4c4d06 002La ministre déléguée au Développement économique régionale et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Mme Marie-Eve Proulx, se réjouit des projets retenus au terme de l’appel de projets Régions branchées, lesquels permettront l’accès à des services Internet haut débit de qualité et à un prix comparable à ceux proposés en milieu urbain à 1 240 foyers de la région du Bas-Saint-Laurent.

En tout, 66 projets répartis dans 11 régions du Québec ont été sélectionnés dans le cadre de cet appel de projets. Ceux-ci donneront accès à un service Internet haut débit à plus de 60 000 foyers. La contribution gouvernementale versée pour permettre la réalisation des projets est estimée à 150 millions de dollars.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, M. Pierre Fitzgibbon, en a fait l’annonce aujourd’hui en compagnie du député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation (volets économie et Internet haute vitesse), M. Gilles Bélanger.

L’appel de projets Régions branchées vise à accélérer l’implantation d’infrastructures de télécommunications dans les zones partiellement desservies. Les promoteurs devront d’ailleurs livrer leurs projets au plus tard le 30 juin 2022.

Le gouvernement s’est engagé à ce que tous les projets permettant de fournir un accès à Internet haut débit à l’ensemble des foyers québécois soient réalisés ou en voie de l’être d’ici 2022. L’appel de projets Régions branchées constitue le premier volet du plan de déploiement pour atteindre cet objectif.

Les deux autres volets de ce plan sont :
• l’appui du gouvernement du Québec aux promoteurs de projets déposés dans le cadre de l’appel de projets du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), lequel se terminera le 1erjuin prochain;
• l’appel de projets réalisé conjointement par le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral, qui sera lancé au cours de l’été 2020.

Citations :
« Il est primordial que tous les citoyens et les entreprises du Québec aient accès à une connexion Internet haut débit afin de prendre part à l’économie du 21e siècle. La pandémie que nous vivons actuellement et l’isolement social qui en découle illustrent encore plus l’importance de prioriser ce grand chantier collectif. Offrir l’accès à un service Internet haut débit performant à l’ensemble de la population prend tout son sens lorsque les Québécois en dépendent pour travailler de la maison, obtenir des services de télésanté, poursuivre leurs études ou même faire leur épicerie. Toutes les entreprises du Québec doivent aussi pouvoir compter sur l’accès à ce service afin de demeurer compétitives et innovantes. Les 66 projets retenus au terme de l’appel de projets Régions branchées permettront d’offrir l’accès à une connexion Internet haut débit à plus de 60 000 foyers, et nous en sommes fiers. Je peux vous assurer que nous continuons à travailler fort pour brancher tous les foyers québécois à ce service des plus essentiels. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière

« Je suis très fier de cette annonce : nous avons travaillé fort pour mieux connaître les besoins des régions et contribuer activement à la poursuite du déploiement des services d’Internet haut débit dans nos communautés rurales et semi-rurales. En investissant dans l’implantation d’infrastructures numériques hors des grands centres, le gouvernement du Québec favorise l’énorme potentiel économique des régions tout en réduisant considérablement les écarts qui persistent entre les milieux urbain et rural. Nos façons de faire se transforment dans plusieurs domaines, comme l’éducation, la santé et le tourisme, ainsi que dans le monde des affaires. Grâce à cette annonce, nous permettrons non seulement à davantage de citoyens, d’entreprises et d’étudiants de participer pleinement à la révolution numérique, mais également à toutes les régions du Québec d’agir comme de véritables moteurs économiques. »

Gilles Bélanger, député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation (volets économie et Internet haute vitesse)

« En 2020, l’accès à un service Internet haut débit est indispensable à l’essor d’une économie régionale prospère et à la vitalité des communautés. D’autant plus que dans un contexte de crise sanitaire comme celui de la COVID-19, une connexion Internet haut débit n’est pas un luxe, mais bien une nécessité. Le numérique est essentiel pour communiquer, s’informer, innover, apprendre, développer des affaires et bâtir des collectivités fortes. Il va sans dire que les projets retenus ont le potentiel de donner un nouveau souffle à toute la région du Bas-Saint-Laurent en contribuant à son rayonnement et à son attractivité. »

Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

« Le dévoilement des projets retenus au terme de l’appel de projets Régions branchées marque une nouvelle étape dans la réalisation d’un engagement important de notre gouvernement : assurer un accès à des services Internet haut débit dans toutes les régions du Québec. Elles sont des endroits tout aussi dynamiques et attrayants que les milieux urbains et doivent prendre part à la transition vers une économie numérique. L’accès à Internet haut débit dans de nombreux foyers et entreprises du comté de Rivière-du-Loup–Témiscouata permettra à davantage de citoyens d’y participer et de se réaliser. »

Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup–Témiscouata

Faits saillants :
• À la fin de 2016, on estimait à 340 000 le nombre de foyers en milieu rural qui étaient mal ou non desservis.
o La réalisation accélérée du programme Québec branché permettra d’offrir un accès à Internet haut débit à quelque 110 000 foyers québécois, au plus tard le 31 mars 2021.
o L’appel de projets Régions branchées permettra à environ 60 000 foyers d’obtenir un accès à Internet haut débit d’ici le 30 juin 2022.
o Environ 50 000 foyers devraient disposer d’un accès grâce au programme du CRTC (Fonds pour la large bande) dont l’appel de projets se termine le 1er juin 2020.
o On estime que 120 000 foyers seront branchés grâce à l’appel de projets conjoint entre le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral, qui sera lancé cet été.
• L’accès pour tous à une connexion d’au moins 50 Mbps de téléchargement et 10 Mbps de téléversement, ainsi qu’à un forfait de données illimitées, constitue aujourd’hui la norme du CRTC.
• Pour accélérer le déploiement de services d’accès à Internet haut débit dans tous les foyers du Québec, une table de coordination réunissant Hydro-Québec, Bell Canada, Télébec, TELUS et le ministère de l’Économie et de l’Innovation a été formée. Cette table vise notamment à accélérer le traitement des demandes d’accès aux infrastructures de soutènement de télécommunications logées par des tiers autres que ces propriétaires.
• La liste des MRC dans lesquelles au moins un projet a été retenu au terme de l’appel de projets Régions branchées est disponible sur le site Web du ministère de l’Économie et de l’Innovation.

Lien connexe :
Pour recevoir en temps réel les communiqués de presse du ministère de l’Économie et de l’Innovation, inscrivez-vous au fil RSS approprié au www.economie.gouv.qc.ca/rss.

Ministère de l’Économie et de l’Innovation sur les réseaux sociaux :
Twitter : twitter.com/economie_quebec
Facebook : www.facebook.com/EconomieQc
LinkedIn : www.linkedin.com/company/économie-québec
YouTube : www.youtube.com/user/MDEIEQuebec