La MRC de Témiscouata
La MRC de Témiscouata présente son budget 2021 et le bilan de la dernière année

Guylaine Sirois prefet elue au suffrage universel MRC de Temiscouata

Témiscouata-sur-le-Lac - Lors de la dernière séance du Conseil de la MRC de Témiscouata, la préfet madame Guylaine Sirois, a dressé un bilan des éléments marquants de l’année 2020. Elle salue le travail accompli par le Conseil des maires ainsi que par l’équipe multidisciplinaire de la MRC. « Je suis très fière de nos réalisations, de nos projets en cours et du soutien apporté aux Témiscouatains depuis le début de la pandémie. Ce fut une année difficile à plusieurs niveaux et je tiens à souligner l’entraide qui s’est déployée dans notre région. », mentionne madame Sirois. « Nous avons la préoccupation constante d’être efficaces dans nos actions et d’offrir un soutien maximal aux municipalités, aux entreprises, aux travailleurs autonomes, aux organismes ainsi qu’à l’ensemble de la population de notre territoire. »

 

Parmi les développements importants mis en œuvre en 2020, soulignons:

 

Budget 2021

La MRC de Témiscouata a adopté le 25 novembre dernier, un budget équilibré totalisant 10 811 753 $. On dénote une légère hausse d’environ 200 000 $ par rapport à l’année dernière, qui s’explique par des revenus supplémentaires provenant de programmes gouvernementaux. Compte tenu du contexte actuel, les élus de la MRC ont fait le choix de geler les quotes-parts par rapport à l’an dernier.

La MRC entend poursuivre les efforts de lutte à la COVID-19, que ce soit par la prévention ou les programmes d’aide. À cet effet, les entreprises qui ont des difficultés, qui vivent un ralentissement ou un arrêt des activités peuvent contacter notre service de développement pour obtenir un prêt d’urgence et de l’aide technique.

Afin de soutenir la population témiscouataine pendant la crise, les municipalités ainsi que toute l’équipe de la MRC se sont mobilisées pour informer et accompagner les citoyens, les propriétaires d’entreprises, les commerçants et les responsables des organismes de la région. La MRC de Témiscouata a d’ailleurs octroyé la somme de 13 500$ aux organismes de dépannage alimentaire et aux personnes en charge de la gestion des paniers de Noël de chaque communauté. « Je suis fière de notre bilan de l’année 2020 et je tiens à remercier nos partenaires ainsi que notre équipe. », conclut madame Sirois.

Deuxième édition du concours « Mon boss c’est le meilleur » : L’occasion pour les étudiants de mettre en valeur leur employeur!

ConcoursEmployeur Visuel2Profitant de la rentrée scolaire de janvier pour parler de persévérance scolaire, les partenaires COSMOSS lancent la 2e édition du concours Mon boss c’est le meilleur qui vise à mettre en valeur le rôle essentiel des employeurs dans la réussite éducative des étudiants qu’ils embauchent.

 

Pour participer, les étudiants qui estiment recevoir du soutien de leur employeur sont invités à remplir un court formulaire sur le site Web de COSMOSS, à cosmoss.qc.ca, dans lequel ils pourront expliquer brièvement de quelle manière ils peuvent concilier études-travail grâce à leur employeur. Le concours se tient du 11 au 29 janvier inclusivement.

 

Des chèques-cadeaux pour les étudiants et une reconnaissance pour les employeurs

Dans chaque territoire des MRC participantes, des prix et reconnaissances seront remis lors des Journées de la persévérance scolaire qui auront lieu du 15 au 19 février prochain. Deux chèquescadeaux d’une valeur de 100 $ à utiliser dans un commerce du territoire seront tirés parmi les étudiants participants. Également, les partenaires COSMOSS remettront le titre Employeur engagé pour la réussite éducative à un employeur parmi les propositions reçues par les étudiants. Il y aura ainsi 7 employeurs qui seront reconnus par les jeunes dans la région.

 

Les employeurs, des personnes importantes pour les jeunes

Le concours « Mon boss c’est le meilleur » permet de mettre en lumière l’importance des personnes qui embauchent des étudiants. La flexibilité des horaires en période d’examens, la valorisation des études ou encore le simple fait de représenter un modèle inspirant sont des éléments qui peuvent faire une différence importante sur le parcours scolaire des jeunes qui concilient études et travail.

 

Mon boss c’est le meilleur en bref

- Du 11 au 29 janvier 2021

- Participation et règlements du concours : cosmoss.qc.ca/mon-boss-c-est-le-meilleur2021.html 

- Pour chaque territoire des MRC participantes :

Nouvelles mesures de confinement : Un appel à la mobilisation de l’ensemble des régions du Québec

TREMBSLConsidérant l’ampleur de la deuxième vague de la pandémie de COVID-19 et la pression croissante qui s’exerce sur le réseau national de santé, la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent estime que toutes les régions du Québec doivent se mobiliser pour contenir la propagation du virus et préserver la capacité du réseau à prodiguer les soins à la population.

« Nous aurions espéré amorcer l’année 2021 dans une meilleure position à l’échelle du Québec, à l’image de celle du Bas-Saint-Laurent qui a réussi à contenir la pandémie, grâce aux efforts soutenus de la population et à la capacité d’intervention de notre réseau de santé régional. Or, nous sommes confrontés à une crise sanitaire d’envergure mondiale et les mesures annoncées par le gouvernement québécois hier sont dans la lignée de celles qu’on observe ailleurs sur la planète », a déclaré Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL. « Comme l’a bien expliqué le Premier ministre, il s’agit ici de sauver des vies et d’éviter que l’on doive effectuer des choix déchirants à cause d’un système de santé surchargé. L’expérience nous a appris que, même si le Bas-Saint-Laurent compte actuellement peu de cas et d’hospitalisations, rien ne nous préserve d’une série d’éclosions comme nous l’avons malheureusement observé dans plusieurs territoires de MRC », souligne-t-il.

Selon Pierre D’Amours, maire d’Amqui et vice-président de la TREMBSL, le gouvernement du Québec a adapté sa stratégie depuis le premier confinement, de manière à répondre à certaines des préoccupations des élu(e)s de la région : « C’est extrêmement difficile pour le gouvernement de trouver un juste équilibre dans cette situation critique pour la population québécoise. D’après les informations divulguées jusqu’à maintenant, les mesures en place durant la période des Fêtes sont légèrement resserrées, notamment en ce qui a trait la suspension des activités sportives intérieures et à la limitation des contacts à la seule cellule familiale. La principale nouveauté avec laquelle il nous faudra composer pour les quatre prochaines semaines, c’est le couvre-feu de 20 h à 5 h pour les personnes qui n’ont pas de motifs acceptables de circuler. Toutefois, il y a davantage de souplesse en regard au maintien des activités économiques, notamment pour les activités essentielles dans les secteurs de la construction, du manufacturier et de la foresterie. De plus, l’autorisation de la cueillette et livraison de marchandises dans les entreprises jugées non essentielles permettra à nos commerçants de générer des revenus malgré le confinement. Enfin, la reprise des activités dans les écoles primaires et le prolongement de la pause au secondaire pour une semaine seulement répondent bien aux préoccupations exprimées par les familles bas-laurentiennes », explique-t-il.

De son côté, le préfet de la MRC Les Basques, Bertin Denis, juge que tous doivent s’unir derrière un seul objectif : « Le temps est venu pour le Québec tout entier de se mobiliser pour combattre un seul et unique ennemi : le coronavirus qui a déjà endeuillé trop de nos concitoyens. Nous savons tous que la période des Fêtes a donné lieu à un certain relâchement. C’est le moment de se ressaisir en observant rigoureusement les recommandations de la Santé publique et en limitant à l’extrême les contacts en dehors de notre cellule familiale. C’est un grand coup à donner pour permettre à la campagne de vaccination de produire ses résultats », a martelé M. Denis.

« Sincèrement, je préfère que la région entre dans cette période de confinement général avec une situation sanitaire relativement stable, plutôt qu’en pleine crise comme c’est le cas dans d’autres régions du Québec. Cela nous donne la marge nécessaire pour accueillir adéquatement les personnes atteintes, continuer à offrir un maximum de soin à la population et éviter d’accroître la pression sur notre réseau de santé régional. Maintenons notre vigilance et nos saines habitudes de prévention pour sortir de ce nouveau confinement en position encore plus favorable le 8 février prochain. Une fois cette étape franchie, nous espérons tous que les citoyennes et citoyens du Bas-Saint-Laurent retrouveront davantage de liberté », conclut Michel Lagacé.

Pour en savoir plus sur les nouvelles mesures de confinement, consultez : https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/confinement-du-quebec-covid-19/

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

La Fondation de la santé du Témiscouata reçoit un financement 68 000$ de la Fondation AMC pour lutter contre la COVID-19

FAMC logo 2Dans le cadre de son initiative visant à soutenir les travailleurs en première ligne pour lutter contre la COVID-19, le Fonds COVID-19 d’aide aux hôpitaux communautaires a versé 68 000$ à la Fondation de la santé du Témiscouata. Le financement annoncé aujourd’hui servira à l’achat de blouses jetables, masques de procédure et masque N95. « Depuis le début de la pandémie, le port des équipements de protection individuelle permet de réduire la propagation du virus tant au niveau du personnel que de nos patients. Les quantités utilisées dans notre installation ont explosé et les volumes sont maintenant 10 fois supérieurs à ce qu’ils étaient avant mars dernier. La subvention reçue permettra de supporter cet accroissement » mentionne Madame Cathy Deschênes, répondante d’installations.

La Fondation AMC a annoncé la création du Fonds COVID-19 d’aide aux hôpitaux communautaires dans le cadre de son engagement pour atténuer les effets de la crise sanitaire. Ce fonds de 5 millions de dollars aide des hôpitaux de moins de 100 lits partout au Canada à s’adapter à la crise par des activités, de l’équipement et des formations visant à améliorer le bien-être du personnel, l’accès aux soins et la préparation aux prochaines pandémies.

« Chaque jour, le dévouement dont font preuve les médecins, les fournisseurs de soins et tous les travailleurs hospitaliers qui affrontent sans relâche la pandémie est source d’inspiration pour moi, affirme Allison Seymour, présidente de la Fondation AMC. Nous savons que cette période hors du commun appelle un soutien hors du commun. Que cette subvention vous serve à vous adapter aux besoins changeants en matière de soins dans votre communauté, ou à offrir de l’équipement ou une formation appropriée à votre personnel, nous espérons qu’elle vous apportera des retombées positives alors que vous continuez à relever les défis de la pandémie. »

La Fondation AMC, volet caritatif de l’Association médicale canadienne, octroie des dons de bienfaisance importants qui contribuent à promouvoir l’excellence en santé. Jusqu’à maintenant, la Fondation a versé plus de 30 millions de dollars pour lutter contre la COVID-19.

La ville de Pohénégamook adopte un budget raisonnable en cohérence avec ses grandes orientations stratégiques

Présentation Budget 2021Pohénégamook Le conseil municipal de la Ville de Pohénégamook a adopté, lors de la séance extraordinaire du 9 décembre dernier, un budget de fonctionnement de 5,23 M$ pour l’année 2021. Cette adoption vient conclure l’exercice budgétaire entamé depuis plusieurs mois, au cours duquel l’administration de la Ville s’est positionnée afin de répondre, de manière équilibrée et respectueuse de la capacité de payer des citoyens, à ses trois grandes orientations stratégiques : la vitalité de sa communauté, l’attractivité du milieu et la rétention de la population sur son territoire.

Les dépenses rattachées au budget 2021 totalisent 5 231 287 $, soit une hausse de 182 957 $ comparativement à celles de 2020. Cet écart s’explique principalement par le remboursement des règlements d’emprunt pour la construction du nouveau bâtiment multifonctionnel, des travaux majeurs de réfection du rang Notre-Dame-des-Champs de même que la hausse des coûts du recyclage, attribuable notamment à la COVID-19.

Un gel des taxes foncières est ainsi prévu, afin de permettre un répit à la population en ces temps plus difficiles. Un rajustement au niveau des taxes de service est cependant à prévoir, afin de pallier à l'augmentation du coût de traitement des matières recyclables. Le service de la dette sera également en légère hausse, compte tenu de la réalisation d’importants projets d’infrastructures sur le territoire. Au final, un citoyen ayant une propriété raccordée au système d’égout et d’aqueduc pourra s’attendre à une variation de l’ordre de 2 % à son compte de taxes.

Le budget 2021 permettra la poursuite de la mission de la Ville, soit de créer un environnement optimal pour l’épanouissement des familles, des organismes et des entreprises. Au cours de l’année, la Ville de Pohénégamook désire finaliser les grands dossiers déjà entamés et mettre de l’avant de nouveaux projets, notamment la modernisation de trois tronçons majeurs des réseaux d’aqueduc et d’égouts, le lancement d’un nouveau programme d’incitatifs fiscaux pour les entreprises, l’adoption d’une Politique d’accueil et d’intégration des nouveaux résidents, ainsi que l’aménagement de l’Espace Village-relais qui permettra de bonifier les services aux visiteurs. 

« En adoptant ce budget, la Ville de Pohénégamook démontre sa volonté à respecter la capacité de payer des citoyens tout en poursuivant les efforts consentis afin de réaliser nos orientations de vitalité, d’attractivité et de rétention sur notre territoire. »

- Louise Labonté, mairesse

Le nouveau programme triennal d’immobilisations 2021-2023 a également été adopté au cours de la même soirée. Celui-ci totalisera 16,2 M$ pour les trois prochaines années. Pour l’année 2021, les coûts sont évalués à 5,09 M$, incluant près de 82 % de sources de financement externes, provenant de subventions gouvernementales (69 %), des fonds éoliens (7 %) et de la taxe sur l’essence (6 %).

 

P.J. : Présentation du budget 2021 lors de la séance extraordinaire du conseil municipal tenue le 9 décembre 2020.

Aide financière et outils accessibles aux entrepreneur.eure.s touristique.s en appui à l’adaptation aux normes sanitaires

DEC BandeauInfolettre600x300 vfLa crise de la COVID-19 pousse les entreprises à réaliser des investissements considérables pour ajuster leur offre et respecter les normes sanitaires. Dans cette optique, Tourisme Bas-Saint-Laurent et l’Alliance de l’industrie touristique du Québec vous rappellent que des outils sont disponibles pour vous soutenir dans ces démarches.

 

Ajustements au programme d’appui aux entreprises touristiques du Québec dans leur adaptation aux normes de sécurité sanitaire (COVID-19)

Vous avez un projet pour bonifier vos espaces et les rendre plus sécuritaires dans le contexte actuel ?

L’Alliance compte actuellement sur une contribution de 7 M$ de Développement économique Canada pour les régions du Québec afin d’appuyer les entreprises touristiques dans l’adaptation aux normes sanitaires dans le contexte de la pandémie (COVID-19). Deux critères du programme ont été revus, soit l’inclusion d’un nouveau secteur admissible, le transport nolisé, et l’ouverture du programme aux entreprises dont le chiffre d’affaires annuel se situe entre 5 et 10 M$.

 

Il est toujours temps de déposer une demande et de vous attaquer à ces aménagements ! Ainsi, si le projet de votre entreprise est admissible, un montant allant jusqu’à 30 000$ pourrait vous être accordé afin de vous soutenir dans la réalisation de celui-ci. Rappelons que les demandes peuvent être présentées rétroactivement, permettant de couvrir des travaux réalisés depuis le 1er juin 2020.

 

Faites vite, ce soutien financier est disponible jusqu’à épuisement des fonds ou, au plus tard, jusqu’au 31 mars 2021!

Pour en savoir plus sur le programme et avoir accès à une demande d’aide financière, cliquez ici.

 

Une autre aide possible pour vos projets d’adaptation sanitaire

Avant de remplir votre demande pour le programme d’aide mentionné ci-dessus, voyez aussi les modalités de l'Entente de partenariat régional en tourisme (EPRT), un programme de soutien financier du gouvernement du Québec visant notamment l'adaptation aux nouvelles normes sanitaires.

 

Pour plus d’informations sur l’EPRT, veuillez contacter Denise Rioux de Tourisme Bas-SaintLaurent, qui pourra vous aider ou consulter le guide du promoteur pour le Bas-Saint-Laurent. 

 

Centrale d’achats en tourisme (CAT)

Vous avez besoin de masques, de visières, de gants, de séparateurs en plexiglas, de savon et d’assainisseur, de nettoyants, de papier à mains et d’autres produits sanitaires ? La Centrale d’achats en tourisme permet à l’ensemble de l’industrie touristique de bénéficier de prix moindres sur ces différents items.

Passez le mot! Plus il y a d’entreprises qui y adhèrent, plus ce sera avantageux !

Les avantages? Bénéficier de meilleurs prix sur des produits de qualité et d’un rabais volume en fin d’année ! Vous pouvez commander quand vous le désirez, avec des livraisons fréquentes et régulières, partout au Québec. Consultez le catalogue et faites vos achats avant les Fêtes pour bénéficier rapidement du rabais volume!

 

Alerte COVID, Application de notification d’exposition

Saviez-vous que l’application Alerte COVID, mise en place par le Gouvernement du Canada, peut aider à prendre soin de vous, de vos clients et des communautés du Québec ?

En effet, l’application Alerte COVID est un outil supplémentaire qui permet à tous, partenaires, clients, fournisseurs, de se protéger, tout en aidant à briser le cycle d’infection. Elle permet aux gens d’aviser les autres utilisateurs en cas d’exposition potentielle, avant même que des symptômes apparaissent. Ainsi, plus les Québecois.e.s téléchargent l’application, plus celle-ci sera efficace pour aider à repérer le réseau de contagion en cas d’éclosion.

De plus, Santé Canada met à votre disposition divers produits numériques et imprimables pour comprendre l’application et la promouvoir :

- Alerte COVID : L'appli canadienne d'avis d'exposition à la COVID-19 (infographie)

- Comment l'appli Alerte COVID fonctionne-t-elle ? (vidéo)

- Trousse de produits de médias sociaux à propos de l'application Alerte COVID

- Trousse de produits imprimables et de vidéos sur l'application Alerte COVID

 

Accompagnement des entreprises

Tourisme Bas-Saint-Laurent est disponible et outillé pour vous informer et répondre à vos questions sur l’élaboration ou l’adaptation de votre plan opérationnel. Il est aussi possible de consulter le Plan de sécurité sanitaire (COVID-19) de l’industrie touristique. Il suffit de communiquer avec Anne-Marie Dionne. Entrepreneur.e.s, soyons vigilant.e.s, pragmatiques et conscient.e.s dans nos actions, car chaque geste compte. Soyons solidaires et agissons en tant que catalyseurs de la relance économique à court, moyen et long terme!

 

Pierre Lévesque

Directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent

Le Collectif régional de développement (CRD) donne le coup d’envoi de la 23e édition du Défi OSEntreprendre Bas-Saint-Laurent, sous la coprésidence d’honneur de Jean-François Fortin et Maxime Dionne

Defi OSEntreprendre porte parolesRimouski - Le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRD) a donné le coup d’envoi de la 23édition du Défi OSEntreprendre dans la région aujourd’hui.

À cette occasion, le CRD a eu le plaisir de présenter les coprésidents d’honneur choisis pour faire rayonner le Défi OSEntreprendre à l’échelon régional : M. Jean-François Fortin, copropriétaire du Ketch – microbrasserie du littoral à Sainte-Flavie dans la MRC de La Mitis, et M. Maxime Dionne, cofondateur et président de Entomo DSP à Saint-Pascal dans la MRC de Kamouraska. Les deux chefs d’entreprise, déjà impliqués lors de la précédente édition, ont à cœur de reconduire leur fonction. De par leur expérience, et la reconnaissance nationale que chacun a obtenue lors de la 21e édition du Défi OSEntreprendre, ils demeurent les candidats idéaux à ce rôle.

En 2019, Le Ketch Microbrasserie, projet d’entreprise de M. Fortin et de son équipe, a reçu le 1er prix national de la catégorie Commerce du volet Création d’entreprise. Celui de M. Dionne, Entomo DSP, entreprise spécialisée dans l’élevage et la transformation de grillons, a reçu le 2prix national dans la catégorie Bioalimentaire du même volet

Pour Maxime Dionne, « il fait toujours bon se partir en affaires au Bas-Saint-Laurent » et le soutien des différents organismes de développement économique fait une réelle différence dans le contexte. « Nous voyons à l’horizon tout l’espoir qui reprend forme. Les actions se multiplient pour stimuler un retour à la normale et repartir sur des bases plus solides que jamais. À vous tous qui songez vous lancer dans un projet, ne laissez surtout pas la dernière année vous faire hésiter. Le Défi OSEntreprendre a vu le jour dans une optique de mettre à l’avant-scène des jeunes et moins jeunes qui contribuent, tous à leur manière, à faire fleurir notre économie. En cette nouvelle édition, la compétition prend une plus grande ampleur encore, celle de faire briller à nouveau notre belle région ainsi que le reste de la province. Je vous dis alors à tous : positionnez votre projet en vous inscrivant au Défi OSEntreprendre! »

Quant à Jean-François Fortin, ses rôles d’entrepreneur et d’enseignant lui permettent de constater l’apport important que représente le Défi OSEntreprendre pour le milieu éducatif québécois : « En valorisant les compétences entrepreneuriales chez nos jeunes, on aiguise l’esprit, on crée un réflexe d’analyse, d’organisation et de gestion de projet qui est utile à tous quand vient le temps de faire face aux défis que la vie met devant nous, et ce, peu importe le choix professionnel que l’on fait. La compétition offre également à la communauté pédagogique un ancrage et un appui concret aux enseignants par des outils adaptés et des causeries virtuelles pertinentes qui apportent un soutien à la démarche du Défi OSEntreprendre ».

Un intérêt important au Bas-Saint-Laurent

Bon an mal an, le Bas-Saint-Laurent se situe parmi les régions les plus dynamiques en termes d’inscriptions au Défi OSEntreprendre. Soulignons qu’en 2020, à la fermeture des dépôts de candidatures, la région se situait à cet égard au 2e rang. Selon le président du CRD du Bas-Saint-Laurent, M. Bertin Denis, ce dynamisme est entre autres attribuable à l’implication soutenue des responsables locaux. « Je tiens à remercier les réseaux pédagogiques, économiques et sociaux qui s’engagent à appuyer des projets dans leur milieu. Le Défi OSEntreprendre est un moyen extraordinaire pour faire découvrir aux jeunes les possibilités et moyens pour donner vie à leurs idées. Nous invitons les personnes qui ont un projet d’affaires en tête à franchir le pas et à contacter leur responsable local. Les expériences passées montrent que cette compétition peut faire une différence dans un parcours entrepreneurial », a-t-il souligné.

OSEntreprendre avec ton cœur, ton intelligence et tes talents!

Pour continuer à mettre en lumière la créativité, la résilience et le dynamisme des jeunes, des intervenants scolaires et des entrepreneurs d’ici, la 23édition du Défi OSEntreprendre Bas-Saint-Laurent s’adapte au contexte évolutif. Ainsi, l’ensemble des étapes de ce grand mouvement seront réalisées, du dépôt des candidatures jusqu’aux galas, en passant par la sélection et l’envoi du matériel. Une activité de remise de prix couronnera les lauréats à l’échelon régional en avril prochain.

Le compte à rebours est commencé! La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 9 mars 2021, 16 h. Tous les critères d'admissibilité, ainsi que la liste des catégories et des prix spéciaux, sont accessibles en ligne sur osentreprendre. quebec.

À propos du Défi OSEntreprendre

Le Défi OSEntreprendre est un grand mouvement québécois qui fait rayonner les initiatives entrepreneuriales de milliers de participants annuellement ; de jeunes du primaire jusqu’à l’université ainsi que de créateurs d’entreprise. Il se déploie et s’enracine aux échelons local, régional et national. Pour sa mise en œuvre, plus de 350 responsables se mobilisent dans les 17 régions du Québec afin de mettre en lumière les projets issus de leur milieu.

À propos du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent

Le Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent est un organisme de développement et de concertation qui a pour mandat de réaliser des projets collectifs convenus avec les MRC du Bas-Saint-Laurent et d’assurer la gestion de fonds confiés par des partenaires. Parmi les mandats confiés au CRD, mentionnons le déploiement du Défi OSEntreprendre dans la région du Bas-Saint-Laurent. En savoir plus : https://www.crdbsl.org/

 

Publication du rapport annuel de la TREMBSL

TREMBSLUn peu plus d’un an après sa fondation, en mai 2019, la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent publie son premier rapport annuel et procède au renouvellement de son comité exécutif.

C’est lors de sa rencontre régulière tenue de manière virtuelle le 27 novembre dernier que la TREMBSL a procédé de façon unanime à la reconduction des membres de son comité exécutif dans leurs fonctions. Michel Lagacé, maire de Saint-Cyprien et préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, conserve donc la présidence, Pierre D’Amours, maire d’Amqui, la vice-présidence, alors que Bruno Paradis, maire de Price et préfet de la MRC de La Mitis et Rénald Bernier, maire de Saint-Pascal, complètent l’exécutif.

« Je suis très honoré de la confiance que m’accordent les membres de la TREMBSL et heureux de poursuivre la défense des intérêts du Bas-Saint-Laurent en compagnie de mes collègues », a déclaré M. Lagacé.

Pierre D’Amours souligne que la participation aux travaux du comité exécutif est exigeante mais stimulante : « En 2020, le comité s’est réuni à 18 reprises pour discuter des enjeux régionaux et tenter d’établir les meilleures stratégies pour développer notre plein potentiel. Il s’agit donc d’un comité actif et performant. »

De son côté, Bruno Paradis estime que les travaux de la TREMBSL sont essentiels pour faire cheminer les dossiers : « Prenons le transport aérien régional et le projet Régionair sur lequel la région travaille en collaboration avec d’autres régions aux prises avec le même problème. L’appui de la Table compte lorsque vient le temps d’interpeler les paliers de gouvernement supérieur. »

Enfin, Rénald Bernier souligne aussi la force de cette concertation : « Quand les huit préfets et préfètes, ainsi que les dix maires et mairesses de cités régionales ou de villes de centralités du Bas-Saint-Laurent, se prononcent d’une même voix, on constate que cela ajoute de la portée du message » souligne-t-il.

Un premier rapport annuel

« Bien que la TREMBSL ait été fondée en mai 2019, nous avons choisi d’établir un cycle à partir du mois de novembre de chaque année, afin de nous arrimer à celui des élections municipales qui se déroulent au même mois à tous les quatre ans. De plus, la covid-19 rendait difficile la production du rapport en mai, alors que la première vague commençait juste à s’atténuer et que les élus étaient mobilisés dans leurs communautés », a déclaré Marc Fraser, coordonnateur de la TREMBSL. « Nous traçons un bilan positif de nos travaux et constatons l’efficacité de cette concertation qui a permis de mieux coordonner l’action politique régionale, au bénéfice de la population et des organisations du milieu. Ce premier rapport annuel vous permettra de le constater », conclut-il.

Le rapport peut être consulté en ligne au : https://www.crdbsl.org/actualites/rapport-annuel-trembsl-2019-2020

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Au KRTB, nous sommes tous unis pour faire briller les entreprises et les commerces d'ici pour la période des fêtes!
KRTB ID achat local Fêtes VFPublication "Tous unis pour vaincre la COVID-19" dans le journal Info Dimanche, éditon du 9 décembre 2020.
 
Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour une meilleure visibilité de la page :
 
pdfCampagnes d'achat local KRTB - Info Dimanche
Ouverture officielle de La Petite Usine Alimentaire : Un atelier collectif en transformation des aliments situé au Témiscouata

La Petite Usine Alimentaire logoPohénégamook C’est aujourd’hui que La Petite Usine Alimentaire ouvre officiellement ses portes afin d’offrir un espace locatif collectif pour faire de la transformation alimentaire. Située à Pohénégamook dans le bâtiment qui abrite le Centre d’expérimentation et de transfert technologique en acériculture (CETTA) du Bas-Saint-Laurent et le Centre de formation professionnelle en acériculture, La Petite Usine Alimentaire dispose d’espaces adaptés, réglementaires ainsi que d’une pléiade d’équipements dédiés à la transformation de toutes sortes, mais aussi à la transformation de produits acéricoles. En répondant à une priorité territoriale, La Petite Usine Alimentaire offre un service de proximité qui vise à favoriser la création d’entreprises agroalimentaires et ainsi participer à l’autonomie alimentaire.

L’idée d’un projet d’atelier de transformation des aliments au Témiscouata est née, il y a 4 ans, suite au besoin de soutenir les entrepreneurs du secteur bioalimentaire dans la valorisation de leur production. À travers ces années, plusieurs entreprises ont été sollicitées pour l’analyse et l’élaboration du projet. C’est en 2019, à la suite du dépôt du plan d’affaires constitué de l’étude de marché, des équipements sélectionnés, de l’évaluation des coûts et du financement attaché, que le projet a vu le jour. «Ce sont des années de travail acharné afin de mettre à la disposition un local qui correspond aux besoins de nos promoteurs et tout ça, en réduisant les coûts de location le plus possible. La SADC de Témiscouata croit fermement que l’autonomie alimentaire passe par l’accès à des services de proximité comme celui-ci», mentionne Vallier Daigle, président de la SADC de Témiscouata.

«Le projet de La Petite Usine Alimentaire revêt un caractère tout spécial puisqu’il allie entrepreneuriat et développement socioéconomique», déclare Mme Julie Côté, directrice générale de la Caisse Desjardins de Transcontinental-Portage. «Le Fonds du Grand Mouvement permet justement de soutenir des projets novateurs et structurants à travers le Québec, et ce, dans une perspective de développement durable. Pour la région, le projet représentera un apport certain à la vitalité socioéconomique, sans compter ses retombées positives sur le secteur bioalimentaire dans notre région».  

ÉQUIPEMENTS ET RESSOURCES SPÉCIALISÉS

Ce sont plus de 327 850 $ qui ont été injectés pour assurer la pérennité du projet, aménager les lieux et faire l’acquisition des équipements. Ceux-ci ont été sélectionnés minutieusement afin de répondre aux besoins des secteurs d’activités ciblés, mais aussi en fonction des critères de qualité et de performance que l’atelier souhaite offrir. Une ressource spécialisée en transformation alimentaire est également sur place afin d’assurer la coordination de La Petite Usine Alimentaire.

PARTENAIRES ET UTILISATEURS IMPLIQUÉS 

Le projet est porté par trois organismes : le Centre de services scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, qui est propriétaire du bâtiment et consent gracieusement à mettre à disposition les locaux et le matériel aux fins du projet, en plus de participer financièrement à sa réalisation; la SADC de Témiscouata qui chapeaute le projet et agit comme facilitateur auprès des partenaires; et la corporation du Verger patrimonial du Témiscouata, une entreprise d’économie sociale, qui est responsable des lieux et des équipements. La Petite Usine Alimentaire est soutenue par une multitude de partenaires tant au niveau financier que technique dont, la Ville de Pohénégamook, la MRC de Témiscouta (100 000 $), Desjardins (100 000 $) dans le cadre du Fonds du Grand Mouvement ainsi que Développement économique Canada pour les régions du Québec (72 850 $). Ce projet a également, été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du programme Territoires : priorités bioalimentaires (40 000 $).

«C’est un projet qui a su mobiliser et concerter une multitude d’organismes du milieu. C’est un service majeur pour la croissance et la rétention de nos entreprises agroalimentaires. La Petite Usine Alimentaire entre dans la stratégie du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) de la MRC de Témiscouata puisqu’il permettra de développer un réflexe collectif dans les composantes du monde agricole», mentionne Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata.

Les Jardins du Témis, une entreprise très impliquée dans le projet de La Petite Usine Alimentaire, a pu agir comme premier client afin d’évaluer le fonctionnement et les équipements. «La mise sur pied d’un tel lieu collectif de transformation est une très bonne nouvelle pour nous et pour tous les promoteurs du secteur agroalimentaire au Bas-St-Laurent! Enfin, nous pourrons transformer notre production tout près de chez nous. Ce sont des milliers de dollars que nous venons d’économiser en ayant cet endroit à notre disposition!», mentionne Monsieur Tousignant, propriétaire de l’entreprise Les Jardins du Témis. À noter que Les Jardins du Témis, n’ayant aucun endroit pour procéder à la transformation de leurs produits, devaient se rendre jusqu’à Saint-Hyacinthe pour procéder à la transformation de leur production.

VISITE VIRTUELLE 

Vous souhaitez faire la visite des locaux et en savoir plus sur les équipements disponibles? Rendez-vous au www.lapetiteusinealimentaire.com

Suivez-nous sur Facebook : LaPetiteUsineAlimentaire

À PROPOS DU FONDS DU GRAND MOUVEMENT 

Depuis 2016, Desjardins s'est doté d'un Fonds de 250 millions de dollars afin d'investir dans les communautés pour appuyer des projets qui ont le potentiel de transformer notre société d’ici 2024. Le Fonds soutient des projets qui rejoignent les priorités des milieux, telles que l'emploi, la vitalité économique, l'éducation et l'environnement. À ce jour, plus de 400 projets ont déjà été soutenus grâce à ce Fonds. 

Passage au rouge pour les MRC de l’Est : Les élu(e)s du Bas-Saint-Laurent lancent un appel à la solidarité

Michel Lagace 2moSuite à l’annonce du passage des MRC de La Matanie, La Matapédia, La Mitis et Rimouski-Neigette en zone rouge à partir d’aujourd’hui, la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) tient à rappeler que cette situation interpelle l’ensemble de la population de notre région.

« Cette nouvelle est préoccupante pour l’ensemble des Bas-Laurentiens et nous rappelle à quel point ce virus se propage rapidement », a déclaré Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL. « Ce n’est vraiment pas facile à accepter pour les populations touchées, qui ont fait des efforts considérables pour éviter cette situation. Cela nous confirme que personne n’est à l’abri d’une détérioration de la situation et que n’importe quelle partie du territoire québécois peut se retrouver aux prises avec une multiplication des cas et des éclosions », souligne-t-il.

Pierre D’Amours, maire d’Amqui et vice-président de la TREMBSL, comprend que ce changement de niveau d’alerte est difficile à accepter pour les résidents des MRC qui comptent moins de cas : « En réalité, le passage en zone rouge est une mesure de prévention pour éviter un embrasement généralisé de la situation. Ce qui importe maintenant, c’est de respecter les nouvelles mesures de prévention en vigueur pour enrailler la propagation du virus et retourner le plus rapidement possible en zone orange », explique-t-il.

Plus à l’Ouest, on invite la population à redoubler de prudence : « Le Kamouraska et les MRC qui sont plus à l’Ouest de la région ont aussi connu des flambées du virus inquiétantes. Nous comprenons bien ce que vivent actuellement les MRC plus touchées et les impacts désastreux pour leur économie d’un passage en zone rouge. C’est pourquoi nous devons tous respecter les mesures de prévention, notamment en évitant les rassemblements, limitant au strict minimum nos déplacements et réduisant nos activités à l’essentiel. C’est ensemble et solidairement que nous arriverons à renverser la situation dans notre région », a déclaré Yvon Soucy, préfet du Kamouraka et membre de la TREMBSL.

Les élu(e)s tiennent également à souligner l’engagement exceptionnel des équipes du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSSBSL). « C’est gens-là sont en première ligne et confrontés à la maladie au quotidien. Plusieurs en sont eux-mêmes victimes ou, encore, doivent s’isoler avec toute leur famille parce qu’ils ont côtoyé des personnes atteintes. Chaque cas déclaré mobilise une quantité incroyable d’énergie pour retracer l’ensemble des contacts, dans le cadre des enquêtes épidémiologiques. C’est une véritable crise que nous traversons et il faut se montrer plus que jamais solidaire pour en sortir. Nous invitons donc l’ensemble de la population du Bas-Saint-Laurent, qu’il s’agisse des personnes ayant la chance de résider en zone orange ou de celles qui doivent composer avec les restrictions d’une zone rouge, à respecter scrupuleusement les recommandations de la Santé publique pour endiguer la propagation du virus dans toute la région », conclut Michel Lagacé.

Pour en savoir plus sur les mesures sanitaires en zone rouge, consultez : https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/systeme-alertes-regionales-et-intervention-graduelle/palier-4-alerte-maximale-zone-rouge/

À propos de la TREMBSL

La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Guignolée du Transcontinental : différente, mais toujours aussi importante

1 Vignette GuignoléePohénégamook  À l'approche du temps des Fêtes, plusieurs familles auront besoin d’aide. La Petite bouffe des frontières et les municipalités du Transcontinental encouragent la population à donner généreusement à la Guignolée... qui se déroulera de façon différente cette année en raison de la pandémie.

Jusqu’au 19 décembre, des paniers seront accessibles dans, les épiceries, les pharmacies, les dépanneurs et dans les bureaux municipaux du Transcontinental afin de recueillir les dons en denrées. Il est également possible de faire des dons en argent, soit en utilisant les tirelires de la Guignolée se trouvant dans les commerces locaux, soit en procédant par virement Interac à l’adresse : petitebouffedesfrontieres@bellnet.ca ou par chèque au nom de La Petite bouffe des frontières. Des reçus pour crédit d’impôts pourront être émis pour les dons de 20 $ et plus. Il est à noter que pour des raisons sanitaires, il n’y aura pas campagne porte-à-porte cette année.

Les besoins sont encore plus criants que par les années passées, selon Johanne Lavoie, coordonnatrice de La Petite bouffe des frontières. « En raison de la COVID, de nombreuses familles du Transcontinental se trouvent en situation précaire. Nous comptons donc plus que jamais sur la générosité de la population ». Les dons, qu'ils soient sous forme de contributions monétaires ou de denrées de toutes sortes (nourriture, jouets, produits d'hygiène, etc.), serviront à garnir les paniers de Noël, mais aussi à assurer un minimum d'inventaire à la banque alimentaire, qui vient en aide aux personnes dans le besoin à l’année.

L'an dernier, la petite bouffe des Frontières a distribué 62 paniers de Noël, permettant ainsi à 145 personnes de passer un temps des Fêtes moins difficile. Depuis le début de la pandémie, les demandes d'aide alimentaire ont considérablement augmenté et l’organisme prévoie que les besoins en paniers sera près du double de celle de l'an dernier.

La Petite bouffe des frontières invite donc les citoyens, les entreprises et les organisations à poser un geste de solidarité en contribuant à la Guignolée. Au nom des membres du comité organisateur et des municipalités partenaires, La Petite bouffe des Frontières remercie la population du Transcontinental pour sa générosité.

FÊTE DE NOËL 2020 : Des municipalités et organismes du Transcontinental s’associent pour offrir une Fête de Noël haute en couleur !

FeteNoel2020Pohénégamook – La Ville de Pohénégamook, le regroupement Acti-Familles, la Maison des Jeunes Pirana, la municipalité de Rivière-Bleue et la municipalité de St-Athanase, invitent la population du Transcontinental à la Fête de Noël 2020. Celle-ci aura lieu dimanche le 13 décembre de 10 h à 15 h dans les rues avoisinantes des locaux d’Acti-Familles, situés au 474 rue des Étudiants à Pohénégamook.

Cette fête prendra la forme d’un marché de Noël extérieur où 24 exposants seront sur place avec une offre diversifiée : produits locaux, artisanat et métiers d’art, décorations, nourriture maison et bien plus ! Des activités telles que glissade, conte de Noël, feu de joie, musique d’ambiance et prestations de l’école de danse Aristodanse seront également de la partie.

Vers 14 h 30, le Père Noël viendra porter des cadeaux aux enfants qui seront inscrits à sa liste. Pour y figurer, les enfants doivent être âgés de 0 à 12 ans, habiter le territoire desservi par l’organisme Acti-Familles et être inscrit auprès de ce dernier au plus tard le mercredi 9 décembre.

Toutes les mesures sanitaires exigées par le gouvernement concernant les marchés publics de Noël seront mises en place. À noter que les participants devront porter le masque lorsqu’ils se trouveront à moins de deux mètres d’un autre individu.

L’organisme communautaire Chemin du Québec lance le défi ÇA MARCHE

Défi ça marcheTraverser le Québec au complet à pied mais en marchant dans son propre quartier pour garder la forme physique et mentale durant ce moment de confinement, voilà l’idée originale que s’est donné l’organisme communautaire Chemin du Québec avec le défi ÇA MARCHE.

Non seulement cela permet aux marcheurs de sortir de l’isolement et de bouger pour leur bien-être, mais cette activité sert aussi de levée de fond pour l’organisme qui développe l’unique tracé de rando-communautaire en Amérique, le Chemin du Québec, long de 1200 km, entre Montréal et le phare de Cap Gaspé qui, en passant, signifie le Bout du monde.

« En accumulant les pas de ces activités quotidiennes, les participants entrent leurs kilomètres parcourus de la journée dans une application simple qui leur montre où ils seraient rendus s’ils marchaient réellement sur le Chemin du Québec » nous mentionne l’instigateur du projet Pascal Auger.

Étalé sur six mois, si on relève les défis hebdomadaires, le défi ÇA MARCHE est également agrémenté d’informations et d’encouragements, souvent en photos mais aussi en vidéos, avec des capsules spécialement préparées par Pascal Auger et la physiothérapeute Marcia Aquino. On y retrouve également des conférences-entrevues de passionnés de rando du monde entier.

Ce défi pour tous - débutants, intermédiaires et avancés - permet donc de se familiariser avec les 80 communautés que constitue le parcours d’un bout à l’autre du Québec, grâce à des photos, des anecdotes et d’inspirantes histoires. Une belle façon d’encourager notre tourisme local, tout en se préparant pour possiblement aller marcher sur le véritable chemin, dès la levée du confinement.

« Restez en santé physique et mentale, tout en découvrant notre Québec, un pas à la fois et faire les 10 000 pas/jour recommandés par les médecins. » lance Pascal Auger.

Le défi ÇA MARCHE a débuté le 2 novembre dernier. Des départs ont lieu chaque semaine jusqu’en avril 2021. Pour s’inscrire, visitez www.CheminduQuebec.com. 

Traverse Rivière-du-Loup/Saint-Siméon Une étude d’opportunité bien reçue par les élu(e)s du BSL

Michel Lagace 2moLa Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) réagit favorablement à l’annonce de la réalisation d’une étude d’opportunité exhaustive de la Société des traversiers du Québec (STQ) sur l’avenir du traversier entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon.

« Lors de notre rencontre régulière du mois d’octobre dernier, nous avons adopté une résolution demandant à la Société des traversiers du Québec d’agir avec beaucoup de prudence dans ce dossier, considérant le caractère structurant de ce service pour les communautés concernées. Nous avions exprimé le souhait que les aspects financiers, économiques, touristiques, écologiques et sociaux fassent l’objet d’une étude exhaustive afin de permettre à la STQ de prendre une décision éclairée. Or, l’étude annoncée par le président-directeur général aujourd’hui couvrent l’ensemble de ces aspects », a déclaré Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

« Nous sommes également rassurés par l’engagement de la STQ de maintenir le service tout au long de ce processus et de poursuivre les discussions avec la compagnie Clarke, afin de prolonger son contrat au-delà de la date d’échéance prévue, soit le 31 décembre 2022 », conclut M. Lagacé.

La TREMBSL

La Table régionale des éluEs municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des villes centres ou de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de faire la promotion des priorités régionales auprès d’eux.

Le 9 décembre, 10 000 lumières illumineront le Bas-Saint-Laurent

Fondation de la santé TémiscouataLes fondations hospitalières et de la santé du Bas-Saint-Laurent invitent la population à assister en direct, dans le confort de leur foyer, à l’illumination de 10 000 lumières de Noël le mercredi 9 décembre de 17 h à 18 h 30.

C’est dans le cadre de l’activité « La Grande Illumination » que lesfondations hospitalières et de la santé du Bas-Saint-Laurent illumineront de pleins feux leurs sapins de Noël de La Pocatière à Matane. Chaque Fondation organise une illumination personnalisée et y mettra sa couleur, mais le point commun, est l’illumination commune en soirée, le mercredi 9 décembre, à laquelle la population est conviée en direct sur les pages Facebook respectives de chacune.

10 000 lumières au Bas-Saint-Laurent

Au cours de cette soirée magique, plus de 10 000 lumières scintilleront et porteront un message d’espoir sur le Bas-Saint-Laurent. « Par cette illumination, les Fondations partenaires du CISSS du Bas-Saint-Laurent souhaitent mettre de la gaité dans le cœur de la population, des usagers des installations de santé et du personnel de la santé. Nous lançons donc un appel à la communauté du Bas-St-Laurent et de partout au Québec, afin d’assister à cet événement unique et ainsi encourager leur fondation en faisant un don pour l’achat des lumières qui illumineront toute la région. », de mentionner Maryse Pelletier, porte-parole pour les Fondations et directrice générale de la Fondation de l’Hôpital de Notre-Dame-de-Fatima de La Pocatière.

« Le Bas-Saint-Laurent est une région qui se démarque par son esprit d’entraide et de solidarité et nos Fondations ne font pas exception. En plus de contribuer personnellement pour leur Fondation, les gens, de partout au Québec, ainsi, soulignent du même coup, le dévouement des travailleurs de la santé. » de dire le Docteur Gaétan Lévesque, membre observateur et représentant des fondations au conseil d’administration du CISSS du BasSaint-Laurent.

Rappelons que les Fondations ont ainsi mis en vente 10 000 lumières virtuelles au coût de 5 $ chacune et ce, jusqu’à la fin décembre. Il est possible de faire un don à la Fondation de votre choix, par l’entremise de leurs sites Internet.

La MRC de Témiscouata injecte 13 500$ dans les campagnes de paniers de Noël locales

Paniers Noël modTémiscouata-sur-le-Lac – La situation actuelle de pandémie a fait en sorte de fragiliser davantage la situation des personnes les plus vulnérables de notre région. La sécurité alimentaire n’échappe pas à la COVID-19, et les organismes de soutien à l’autonomie alimentaire constatent une importante hausse des demandes d’aide. Ainsi, la période des Fêtes peut s’avérer particulièrement difficile pour certains d’entre nous. Dans le but de soutenir sa communauté, la MRC de Témiscouata injectera cette année, 13 500$ dans les campagnes locales de paniers de Noël. Cette somme permettra d’offrir aux personnes dans le besoin des bons d’achat échangeables dans leur épicerie de proximité.

« Chaque année, la MRC et les citoyens du Témiscouata se mobilisent de différentes façons pour soutenir les personnes défavorisées. Malgré les temps difficiles, nous comptons encore sur cet élan de générosité cette année. », mentionne madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC, élue au suffrage universel. « En contexte de pandémie, l’entraide est essentielle afin d’assurer un temps des Fêtes plus joyeux pour les familles les plus démunies de notre région. J’en profite pour saluer la précieuse implication de nos bénévoles. »

La période des Fêtes est un moment de partage, d’entraide et de solidarité. Chaque contribution est un geste significatif. Si vous souhaitez obtenir un panier de Noël ou si vous voulez contribuer à la campagne de paniers de Noël de votre communauté, vous pouvez contacter l’un des organismes suivants pour obtenir de l’information : Les Cuisines collectives de Cabano (418 854-9316), de Dégelis (418 853-3767), du Haut-Pays (418 779-2731) ou la Petite bouffe des Frontières (418 893-2626).

 

Source photo libre de droits : Pixabay

Des priorités de relance économique arrimées à la stratégie gouvernementale

Guylaine Sirois préfet élue au suffrage universel MRC de TémiscouataLes dernières semaines ont confirmé l’arrimage parfait entre les priorités de relance économique du Bas-Saint-Laurent en temps de pandémie et celles du gouvernement du Québec. La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) estime que cette cohésion devrait favoriser l’accélération des projets sur son territoire.

Rappelons qu’au terme d’un processus de consultation tenu à l’initiative de la ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Mme Marie-Eve Proulx, la région avait identifié trois priorités de relance économique en juillet dernier. Celles-ci se déclinent sur trois axes : l’énergie renouvelable, les infrastructures de télécommunication numérique et l’agroalimentaire.

Plus concrètement, le premier projet est celui de l’exploitation d’un potentiel éolien de 1 200 mégawatts par les régies intermunicipales de l’énergie de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et du Bas-Saint-Laurent, en collaboration avec la Première Nation Malécites de Viger, la MRC de Montmagny, celle de l’Islet et des investisseurs privés, qui représente à lui seul près de 2,4 milliards de dollars en investissements et des bénéfices nets de 35 à 40 millions par année pour les partenaires de la communauté. Le second consiste à pouvoir bénéficier, dans les plus courts délais, d’un réseau de télécommunication permettant à tous les foyers bas-laurentiens d’avoir accès à un service Internet à haute vitesse et à la téléphonie cellulaire. Enfin, la région souhaite augmenter la production agroalimentaire en milieu fermé (serres, culture verticale, aquaculture ou d’aquaponie) et soutenir la conversion des modes de chauffage de ces installations à l’électricité ou la biomasse, afin de maximiser son autonomie alimentaire et contribuer à celle du Québec tout entier.

« En ce qui concerne le projet éolien, on constate qu’il répond au besoin exprimé par Hydro-Québec, il y a une dizaine de jours. Avec l’électrification des transports, les rabais consentis pour la culture en serre et les besoins croissants chez nos voisins du Sud, les surplus auront complètement disparu en 2027. Tout indique que la société d’état relancera bientôt des appels d’offres et notre projet, qui est fort bien documenté, devrait susciter beaucoup d’intérêt », a déclaré Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

Bien que les gouvernements provincial et fédéral en aient fait une promesse électorale, le déploiement de l’Internet haute vitesse dans tous les foyers est cependant loin d’être complété. « À titre d’exemple, au Témiscouata, 44 % des foyers n’ont pas accès à une connexion Internet haute vitesse. Dans Les Basques, cette proportion atteint 41 %. Le projet qui sera déployé dans Les Basques permettra de ramener cette proportion à seulement 37 %. Il faut un meilleur arrimage entre les programmes fédéraux et provinciaux pour réaliser des projets à plus grande échelle et qui peuvent être modalisés en fonction des réalités régionales » explique Guylaine Sirois, préfet de la MRC de Témiscouata et membre de la TREMBSL.

Pour sa part, Sylvain Hudon, maire de La Pocatière et aussi membre de la TREMBSL, se réjouit de l’annonce récente de la « stratégie de croissance des serres au Québec 2020-2025 – Pour une plus grande autonomie alimentaire », qui vise à doubler la production en serre. « Les 91 millions de dollars qui viendront soutenir les producteurs québécois constituent une excellente nouvelle. Toutefois, l’analyse des besoins régionaux pour consolider les entreprises, diversifier la production, former les agriculteurs, procéder à l’achat d’équipement, effectuer la conversion énergétique, ajouter des facilités d’entreposage pour structurer les circuits courts, bref, mettre en place une véritable stratégie d’autonomie alimentaire, démontre qu’il faudra un effort supplémentaire. Le projet baslaurentien ratisse plus large et le gouvernement devrait s’en inspirer pour définir une approche véritablement structurante pour les communautés », souligne-t-il.

« Les trois projets du Bas-Saint-Laurent sont donc bien arrimés avec la stratégie de relance économique du gouvernement québécois. Mais pour atteindre leur plein potentiel, ils doivent être déployés de manière concomitante, puisque le développement d’énergies propres permettra d’appuyer la stratégie de culture en milieu fermé et, de même, les systèmes de télécommunication fiables et efficaces assureront une gestion optimale des installations avec les plus récentes technologies numériques. C’est donc une approche globale et structurante qui est prônée par notre région. Nous invitons donc le gouvernement du Québec à soutenir l’ensemble de nos initiatives pour assurer une relance durable de notre économie », conclut Michel Lagacé.

 

 

À propos de la TREMBSL
La Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent a été créée en mai 2019. Ce lieu de concertation regroupe les huit préfets et préfètes des MRC bas-laurentiennes et les 10 maires et mairesses des cités régionales ou des municipalités de centralité. La Table est l’interlocutrice politique privilégiée de toute une région auprès des gouvernements supérieurs, afin de promouvoir les priorités régionales.

Perceptions des Québécois.e.s à l’égard du tourisme d’ici : Un secteur économique majeur dont l’importance est sous-estimée

Parc national du Lac Témiscouata MathieuDupuisRivière-du-Loup — L’Alliance et Tourisme Bas-Saint-Laurent dévoilent aujourd’hui les résultats d’un sondage omnibus web, réalisé par la firme Léger, visant à évaluer l’opinion publique à l’égard du tourisme. L’enquête révèle notamment, une amélioration appréciable de de la perception positive de la population à l’égard de l’industrie touristique tout en mettant en lumière une importante méconnaissance de l’impact économique majeur du tourisme au Québec et au Canada.

Cette étude a été menée du 6 au 8 novembre 2020, auprès d’un échantillon représentatif du Québec composé de 1 000 Québécois.e.s âgé.e.s de 18 ans et plus pouvant s’exprimer en français ou en anglais.

Une industrie importante et grandement affectée, selon les Québécois.e.s

De par le monde, le tourisme a été l’une des premières industries à être affectée au printemps 2020 et selon les pronostics, sera l’une des dernières à pouvoir revenir à son plein régime. Selon les résultats du sondage, les Québécois.e.s sont bien au fait de ces impacts majeurs. L’étude dévoile, entre autres, que plus des deux tiers (68%) des répondants croient que, depuis le début de la pandémie, l’industrie touristique a été plus négativement touchée que les autres secteurs de l’économie québécoise. Fait remarquable, presque tous les Québécois.e.s sondés croient que la contribution de l’industrie touristique est importante dans la vitalité économique du Québec et de ses régions. En effet, un total de 97 % de ceux-ci ont mentionné qu’elle était très importante ou assez importante.

En comparaison, l’an dernier, lorsque questionnée quant à leur perception de l’industrie touristique québécoise, 71,5 % des répondants indiquaient en avoir une perception positive. Aujourd’hui, avec la même formulation, l’étude Léger indique que quatre Québécois.e.s sur cinq ont une perception positive de l’industrie touristique, soit 79 %, dont 28 % qui en ont une opinion très positive. Dans le contexte dans lequel elle évolue actuellement, l’industrie touristique est fière de cette augmentation notable de 7,5 points de pourcentage.

Quelques aspects du tourisme demeurent méconnus

Une grande proportion de Québécois.e.s sous-estiment les retombées économiques du tourisme. Plus particulièrement, lorsque questionnés au sujet des revenus annuels de 16 G$ générés par l’industrie touristique du Québec, 55 % des répondants les croyaient moins élevés. Dans le cas du montant de 13 G$ que rapporte l’industrie touristique du pays en taxes et impôts au gouvernement du Canada, plus d’un répondant sur deux le croyait moins élevé.

Toutefois, les Québecois.e.s reconnaissent qu’en plus de contribuer à l’attraction de touristes en provenance des marchés hors Québec, les infrastructures et activités du tourisme leurs sont aussi bénéfiques. En effet, plus de la moitié des Québécois.e.s (56 %), croient que les infrastructures et les activités touristiques dans les régions du Québec bénéficient autant aux touristes provenant de l’extérieur du Québec qu’aux populations locales, ce qui s’avère une statistique révélatrice de l’intérêt d’investir dans le tourisme pour l’essor de la vitalité socioéconomique du Québec et de ses régions.

Le tourisme avant la pandémie

• 16 G$ en recettes touristiques / 2,5 % du PIB québécois

• 2 G$ en recettes fiscales pour le Gouvernement du Québec

• 5 e secteur en importance de la Stratégie québécoise de l’exportation / 3,5 G$ en revenus d’exportation (via les dépenses effectuées par les touristes provenant de l’extérieur du Québec sur le territoire québécois)

• Plus de 30 000 entreprises liées à l’activité touristique au Québec

• 1 emploi sur 10 au Québec, soit environ 402 000 emplois, directement et indirectement reliés à l’industrie touristique québécoise.

Citations

« La population reconnait que le tourisme est important au Bas-Saint-Laurent. Ce sont 345 M$ de retombées économiques, 850 entreprises qui créent 7 800 emplois directs. Grâce à ces entreprises, la qualité de vie chez nous est meilleure et permet d’avoir des services et infrastructures de qualité. »

Pierre Lévesque, directeur général, Tourisme Bas-Saint-Laurent

« Comme à leur habitude, les entrepreneur.e.s de notre industrie ont fait preuve de résilience, créativité et adaptabilité depuis le printemps 2020, tout en continuant à faire ce qu’ils font le mieux, c’est-à-dire accueillir les visiteurs lorsque c’était possible. Clairement, les Québécois.e.s en ont été impressionnés ! Les résultats de cette enquête annuelle me rendent très fier de travailler en collaboration avec une équipe associative multidisciplinaire et engagée, au service des entrepreneur.e.s du tourisme. »

Martin Soucy, président-directeur général, Alliance de l’industrie touristique du Québec

À propos de Tourisme Bas-Saint-Laurent

Le mandat de Tourisme Bas-Saint-Laurent est de positionner la région du Bas-Saint-Laurent comme une des principales destinations vacances au Québec, ainsi que de susciter le développement de l’offre touristique et d’en faire la mise en marché. Le tourisme au Bas-Saint-Laurent, c’est un secteur de l’économie essentiel : 850 entreprises, 7 800 emplois, 1,143 millions de visiteurs et plus de 345 M$ en retombées annuellement. Les actions de promotion de Tourisme Bas-Saint-Laurent sont rendues possibles grâce au partenariat avec Tourisme Québec.

À propos de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec

L’Alliance s’engage à faire du Québec une destination touristique durable de calibre mondial. Elle est le porte-voix de 10 000 entreprises touristiques, réunies au sein de 40 partenaires associatifs régionaux et sectoriels. Partenaire de réussite de l’industrie qu’elle rassemble, concerte et représente, l’Alliance soutient et participe au développement de l’offre et à la mise en marché touristique du Québec. Elle contribue aussi au rayonnement national et international de la destination ainsi qu’à l’accroissement des retombées économiques au Québec.

 

Crédit photo : Mathieu Dupuis

Les MRC du KRTB sont fières de s’être associées dans le cadre de la campagne « le KRTB tous unis pour vaincre la COVID-19 »

Collage MRC 1Rivière-du-Loup - Les éluEs du KRTB comprennent que les populations de leurs territoires sont inquiètes et préoccupées par les restrictions liées à d’éventuels changements de couleur. De multiples messages laissent entendre que notre région pourrait changer de couleur de palier, ce qui n’est pas actuellement le cas! La situation est sous contrôle selon les différentes sources d’information. Nous souhaitons contribuer à ce que cela demeure, ici, comme partout au Bas-Saint-Laurent. 


Ainsi, les partenaires souhaitent rappeler l’importance du respect des consignes sanitaires, en sensibilisant les populations des quatre territoires que nous pouvons tous contribuer à diminuer les cas de COVID-19 et, ainsi, aider à ce que le Réseau de la Santé et des Services sociaux soit à même de répondre aux besoins populationnels.

De même, les MRC du KRTB rappellent l’importance de contribuer à faire briller les entreprises et les commerces de nos quatre territoires. Une campagne de promotion de l’achat local sera lancée, dès décembre, à la radio et dans les différents journaux du KRTB.

C’est tous ensemble que nous pouvons faire une différence pour les gens qui habitent nos territoires, pour nos commerces et entreprises avec qui nous sommes solidaires et engagés! C’est grâce aux efforts de tous que nos jeunes continuent à apprendre à l’école, jouent au hockey, que nos aînéEs et les personnes vulnérables sont mieux protégées et que notre économie reprend son souffle!

Ensemble, nous sommes confiants que la Santé publique nationale prenne acte de nos efforts, les apprécie et tienne compte de nos différentes réalités régionales! Unis, plus que jamais contre la COVID-19.

Offrez les métiers d'art d'ici

MABSL Mosaique Noel2020Kamouraska - La tendance à l'achat local a encore plus de sens cette année! Pour terminer l'année en beauté, offrez les métiers d'art d'ici. S'inscrivant dans le mouvement Faites le plein d'art d'ici initié par le Conseil des métiers d'art du Québec, Métiers d'art Bas-Saint-Laurent propose de découvrir les artisans et artisanes de manière virtuelle via son répertoire en ligne et en visitant les sites Web de ses membres au www.metiersdartbsl.com

Depuis le mois d'octobre, MABSL publie tous les jours un portrait de membre sur sa page Facebook. Marie Pierre Daigle, la directrice générale de l'organisme, souligne l'importance de choisir des créations signées métiers d'art auprès des artisans et artisanes du territoire. La pandémie aura permis de prendre conscience de nos choix en tant que consommateur.trice.s. C'est une belle occasion de trouver vos cadeaux des fêtes localement en choisissant des objets conçus et fabriqués à la main ici.

Comment les découvrir ou les retrouver?

>> En quelques clics via leurs plateformes de vente en ligne

>> Sur rendez-vous dans leurs ateliers ou boutiques

>> En vous rendant dans les boutiques spécialisées en métiers d'art

>> Et lors des quelques marchés de Noël proposés dans certaines municipalités

Fondé en 2000, Métiers d’art Bas-Saint-Laurent (MABSL) est né de la volonté des artisans et des artisanes du Bas-SaintLaurent de se doter d’une organisation structurante et professionnelle en métiers d’art.

Depuis son actualisation en 2020, Métiers d’art Bas-Saint-Laurent se consacre à mettre en réseau les artisan.e.s et également les artistes sensibles aux métiers d’art. Il est porteur d’une vision décloisonnée entre les métiers d’art et les pratiques artistiques liées à la matière. MABSL initie et réalise des activités innovantes qui stimulent la production, la recherche, la création, la diffusion et la professionnalisation. Il favorise les liens, la transmission et l’échange avec les communautés. 

Plus de 2 300 lots constructibles en zone agricole au Témiscouata

MRC Temiscouata regulierTémiscouata-sur-le-Lac – La demande à portée collective de la MRC de Témiscouata (article 59 de la Loi sur la protection des terres et des activités agricoles) a été acceptée par le gouvernement et elle est maintenant en vigueur.

Fruit d’une négociation entre la CPTAQ, l’UPA, le gouvernement et la MRC de Témiscouata, cette autorisation vise à permettre des constructions résidentielles dans des secteurs précis sans nuire aux activités agricoles.

 

L’usage résidentiel unifamilial à l’intérieur d’une centaine d’îlots déstructurés est maintenant admis (un potentiel d’environ 250 terrains constructibles), de même que sur certains lots de 18 hectares et plus, qui ont été ciblés dans les plans et les règlements de zonage municipaux (un potentiel de 2 100 lots constructibles). Il n’est pas obligatoire d’y opérer une production agricole, mais les usages de ce type y sont autorisés.

Les propriétaires des lots concernés seront contactés dans les jours qui suivent par une lettre personnalisée qui leur expliquera les conditions pour se prévaloir de ce privilège.

 

« Cette offre de nouveaux terrains disponibles pour la construction résidentielle représente des opportunités notoires de développement pour le Témiscouata! », mentionne madame Guylaine Sirois, préfet de la MRC, élue au suffrage universel. « Nous souhaitons stimuler l’occupation dynamique de notre territoire et faire connaître les plus beaux atouts et attraits de notre région, surtout dans la conjoncture actuelle. La pandémie nous force à revoir nos façons d’habiter le territoire et elle remet le mode de vie rural au premier plan. »

 

Le personnel des municipalités a reçu des formations afin de bien maîtriser les implications et les changements effectués. Des cartes illustrant les terrains concernés leur ont également été remises.

Pour savoir si un lot ou un terrain est concerné par les dispositions de l’article 59 de la Loi sur la protection des terres et des activités agricoles (LPTAA), la MRC de Témiscouata vous invite à contacter les services d’urbanisme des municipalités.

La construction d'un nouveau garage municipal à Dégelis sera financée par Québec

Quebec drapeau noirLe député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, M. Denis Tardif, a partagé la bonne nouvelle, au nom de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, lors d’une conférence de presse virtuelle en compagnie du maire de Dégelis, M. Normand Morin. Les élus sont fiers d’annoncer qu’une aide financière de 1 863 900 $ a été accordée à la Ville pour la construction d’un nouveau garage municipal.

Le nouveau bâtiment, aménagé sur le terrain où se situe l’actuel garage, soit au 193, 1re Rue Ouest, sera d’une superficie d’environ 810 mètres carrés. Il comprendra une aire de garage incluant trois portes et une fosse de réparation mécanique, un espace d’entrepôt muni de quatre portes de garage, une salle mécanique ainsi que des espaces d’entreposage et de rangement. Également, le projet inclut une mezzanine qui logera une salle de repos, d’autres espaces de rangement et un bureau.

Citations

« Par nos différents investissements, notamment dans les infrastructures municipales, notre gouvernement démontre son engagement à accompagner les municipalités dans la réalisation de travaux nécessaires au maintien de services publics. Ces investissements sont également un levier important afin de stimuler la relance économique. Je me réjouis donc face aux nombreuses initiatives des partenaires municipaux visant la mise en œuvre de projets porteurs dans toutes les régions du Québec. »

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation

 

« Le développement économique des régions est une priorité pour le gouvernement. La stimulation de l’économie passe par des programmes d’aide financière agiles. Nous proposons, avec la modernisation des infrastructures municipales, un rehaussement de la qualité des services publics offerts à la population. À titre de ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, je salue le soutien financier octroyé à Dégelis qui démontre une grande présence du gouvernement dans les régions. »

Marie Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent

 

« À titre de député, je suis fier de souligner le travail des acteurs locaux et de les féliciter pour leur implication dans des projets concrets pour leur communauté. À la suite d’un début d’incendie, il y a deux ans, le garage actuel démontrait des signes de désuétude en plus d’être mal éclairé et isolé. L’annonce d’aujourd’hui promet un futur bâtiment qui offrira aux employés un milieu de travail sécuritaire et moderne, en plus de profiter à toute la collectivité. »

Denis Tardif, député de Rivière-du-Loup–Témiscouata

 

« Je remercie le gouvernement du Québec pour ce soutien financier qui permettra une modernisation du service des travaux publics et l’ajout d’équipement nécessaire à une bonne offre de services aux citoyens. En plus d’assurer une meilleure gestion des infrastructures d’eau, ce futur garage viendra également régler un problème environnemental. »

Normand Morin, maire de Dégelis

 

Faits saillants 

 

Liens connexes

Pour en savoir plus sur les activités du MAMH, suivez-nous sur les médias sociaux :

facebook.com/AffairesMunicipalesHabitation

twitter.com/MAMhQC/

 

 

Pohénégamook dévoile ses ambassadeurs !

prix ambassadeurs 2020 PohénégamookPohénégamook – La Ville de Pohénégamook a dévoilé le 13 novembre dernier les lauréats de la toute première édition du Prix Ambassadeur. Le concours visait à dénicher l’entreprise, l’organisme et la personnalité ayant le plus fortement contribué au rayonnement positif de la municipalité au cours de la dernière année.

Le prix de la catégorie « Entreprise ambassadrice » a été remporté par la microbrasserie Le Secret des Dieux. Cette entreprise fait rayonner Pohénégamook par ses produits, distribués dans plus de 200 points de vente au Québec, dont les noms et les étiquettes font référence à des facettes de notre patrimoine local. Le Secret des Dieux s’implique également auprès de plusieurs organismes locaux et développe de belles collaborations avec des entreprises de la région. Dans le contexte de pandémie, la microbrasserie a su se réinventer avec son service de plats à emporter, l'organisation d'un spectacle virtuel et le réaménagement de ses espaces afin de continuer à servir sa clientèle tout en respectant les mesures sanitaires en vigueur. Félicitations à la microbrasserie Le Secret des Dieux qui se mérite un prix de 750 $.

La corporation Verger patrimonial du Témiscouata a décroché le prix de la catégorie « Organisme ambassadeur ». Cet OBNL a mis en place un marché fermier hebdomadaire permettant à la communauté de s'approvisionner en produits régionaux. De plus, il a contribué à renforcer l'autonomie alimentaire du Transcontinental en garnissant les tablettes des Frigos partagés avec des légumes frais produits localement. L’organisme travaille également avec de nombreux partenaires afin de dynamiser le secteur agroalimentaire et de mettre en valeur le potentiel gourmand de Pohénégamook. Bravo à toute l’équipe du Verger patrimonial du Témiscouata qui remporte un prix de 750 $.

La lauréate de la catégorie « Personnalité ambassadrice » est Andrée-Anne Dumont. Cette jeune maman de 36 ans entraine les membres de deux clubs de course sur route, soit celui de Pohénégamook et celui de Témiscouata-sur-le-Lac. Malgré la pandémie, au cours des derniers mois, elle a couru un demi-marathon, a fait un triathlon-sprint et a effectué un demi-Ironman... en plus d'accompagner le Dr. Guildo Côté dans une partie de son défi "24 heures de vélo" au profit de la Fondation de la santé du Témiscouata. Pour couronner le tout, en avril 2020, cette athlète a reçu la plus haute distinction du gala méritas de Triathlon Québec, soit "Meilleure athlète élite de niveau provincial". En plus des compliments de la Ville, Mme Dumont recevra un prix de 500 $.

Impressionné par le dossier de candidature de Mme Isabelle Nisole, le jury a décidé de lui décerner un prix « Coup de cœur ». Depuis de nombreuses années, cette citoyenne immortalise les endroits iconiques de Pohénégamook en peignant de sublimes aquarelles et en pratiquant la photographie. Autrice et illustratrice de talent, elle fait vivre la légende de Ponik à travers son livre Mystère sur le lac Pohénégamook... et si c'était vrai ? Par ailleurs, étant propriétaire d'un établissement d'hébergement, elle se fait un point d’honneur d’accueillir les visiteurs de passage dans la région en leur présentant Pohénégamook sous son meilleur jour. Nos applaudissements à Mme Nisole qui se mérite un prix spécial de 250 $.

Pour terminer, les gagnants du concours de photos « Coup de cœur Pohénégamook », qui permettait aux citoyens de participer au Prix Ambassadeur en partageant une photo sur Facebook révélant ce qu’ils apprécient à Pohénégamook sont : Mme Kim Blier, M. Normand Charest et Mme Sylvie Jolicoeur. Ils se méritent chacun un bon d’achat d’une valeur 50 $, échangeables dans un commerce local.

La mairesse de Pohénégamook, Mme Louise Labonté, se dit très fière des candidatures déposées. « Je suis très impressionnée de la qualité des dossiers que nous avons reçus. Il va sans dire qu’au sein de notre communauté, nous comptons plusieurs citoyens inspirants qui contribuent à ce que notre ville soit un milieu vivant et positif ».

Une vidéo présentant les lauréats de la première édition du concours Prix Ambassadeur peut être visionnée sur la page Facebook de la Ville. Le conseil municipal tient également à remercier tous les participants du concours, qui s’impliquent quotidiennement à faire de Pohénégamook un endroit dynamique et où il fait bon vivre.

 

Lauréat Entreprise : la microbrasserie Le Secret des Dieux               Lauréat Organisme : La corporation Verger patrimonial du Témiscouata

1B                                       2

 

 

 

 

 

 

Lauréat Personnalité : Andrée-Anne Dumont                                                      Coup de coeur du jury : Mme Isabelle Nisole

3                                                         4B

Fin de saison automnale : 16 artistes en tournée dans 13 lieux à travers le vaste territoire du ROSEQ

ROSEQ rougeRimouski – Pour cette dernière période avant les Fêtes, les diffuseurs membres du ROSEQ annoncent leur programmation mensuelle pour la période du 17 novembre au 31 décembre prochain. En cette période exceptionnelle aux conditions toujours particulières, les arts de la scène demeurent présents dans l’est du Québec avec une programmation englobant les disciplines de la danse, du théâtre, de la chanson, de la musique, de l’humour, du cirque et du jeune public. Plusieurs artistes sont à découvrir, notamment Guillaume Pineault ou encore Émile Bilodeau, gagnant du Félix dans la catégorie Interprète masculin de l’année au dernier Gala de L’ADISQ. Chaque salle de spectacle a développé un protocole rigoureux et respecte les mesures mises en place par la CNESST.


Voici, par discipline, l’énumération des artistes en spectacles dans l’est du Québec du 17 novembre au 31 décembre 2020 :

CHANSON
Brown Family, Quartom, Émile Bilodeau, Les Louanges, Rick et les bons moments;

DANSE
La question des fleurs (Andréa Pena, Christophe Garcia, Dominique Porte et Ismaël Mouaraki);

HUMOUR
Guillaume Pineault;

JEUNE PUBLIC
Les 4 saisons d’André Gagnon, Le voyage en chansons des Pères Pétu, Ma petite boule d’amour – Théâtre Bouches décousues, Kalimba;

MUSIQUE
Lorraine Desmarais, Montréal Guitare Trio;

THÉÂTRE
J’t’aime encore;

CIRQUE
Six de Flip Fabrique, Gladys recherche mari.


D’autres activités ont lieu auprès de plusieurs diffuseurs membres du ROSEQ. Renseignez-vous auprès d’eux!

Dues aux circonstances exceptionnelles, veuillez noter que des changements de programmation sont possibles. Pour connaître les dates et lieux de chacune des tournées d’artistes, merci de contacter la salle de spectacle souhaitée.

Les 13 Diffuseurs membres du ROSEQ participants aux tournées du 17 novembre au 31 décembre 2020 :

Diffusion culturelle de Lévis, Rivière-du-Loup en spectacles, Diffusion Mordicus d’Amqui, Au Vieux Treuil des Îles-de-la-Madeleine, le Comité de spectacle de Havre-St-Pierre, le Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier, Centre de Création Diffusion de Gaspé, Centre des arts de Baie-Comeau, Spect’Art Rimouski, Salle de spectacles de Sept-îles, Domaine Forget de Charlevoix (St-Irénée), Village en chanson de Petite-Vallée et Les 4 Scènes du Témiscouata

Soyons bienveillants envers nos tout-petits Bas-Laurentiens

GSDTP 2020 frParce que les premières années de vie sont cruciales au développement des enfants, les partenaires COSMOSS profitent de la Grande semaine des tout-petits pour rappeler à l’entourage des familles l’importance d’agir avec bienveillance. Bouger à l’extérieur avec les enfants ou apporter des mets préparés aux parents sont quelques-uns des gestes qui demeurent possibles dans le contexte actuel et qui contribuent au bien-être des tout-petits.

La bienveillance de l’entourage des enfants revêt une importance capitale à leur développement, rappelle le Docteur Simon Riendeau, omnipraticien et directeur-clinique du Centre de pédiatrie sociale en communauté de Rimouski-Neigette. « Les parents ont un rôle crucial à jouer, mais ils ne sont pas les seuls. L’entourage des familles, comme le voisinage ou la parenté, joue un rôle positif car l’enfant a besoin de contacts sociaux pour s’épanouir. Il est important que cette bienveillance de l’entourage soit maintenue le plus possible et adaptée au contexte de la pandémie », explique le médecin.

Des gestes de soutien à notre portée
Présents auprès des parents et des enfants, les Organismes communautaires Familles du Bas-Saint-Laurent voient de près comment ils se portent présentement. « Nos tout-petits ressentent la crise et le stress vécu à la maison. C’est pourquoi il importe de garder contact avec les familles qui nous entourent. Par exemple, le simple fait de jouer dehors, dans le respect des distances, apporte un grand bien-être aux enfants », souligne la directrice générale de la Maison de la famille du Kamouraska, Madame Julie Théberge.

Message des partenaires COSMOSS pour la Grande semaine des tout-petits

Le président de la Démarche COSMOSS, Monsieur Éric Forest, rappelle pour sa part que les partenaires ont toujours le souci d’agir en prévention et donc le plus tôt possible dans la vie des enfants. Il mentionne avec fierté l’exemple des formations sur la pleine conscience. « Ces formations sont offertes à des intervenantes des services de garde, du milieu communautaire, du préscolaire, de la santé et des services sociaux. Instaurées dans plusieurs territoires de MRC, elles ont pour objectif d’outiller les enfants dès leur jeune âge dans la gestion de leurs émotions. Il s’agit d’une réponse adaptée aux besoins et qui prend tout son sens face à la situation exceptionnelle que nous vivons. »

Durant toute la semaine, des messages seront déployés à la télévision et sur les réseaux sociaux pour inviter la population à la bienveillance. Des activités destinées aux parents et aux tout-petits se dérouleront simultanément à l’initiative des partenaires COSMOSS de tout le Bas-Saint-Laurent. Lecture de conte, création de fresques extérieures, cinéma poupon figurent notamment au programme des activités. Tous les détails à cosmoss.qc.ca. Soulignons enfin que cette invitation à la bienveillance s’inscrit dans les suites de la campagne lancée en avril dernier à l’initiative des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent. Appelée « Soyons bienveillants envers nos enfants », elle invitait les citoyens à jouer un rôle de sentinelle bienveillante à l’égard des jeunes et des parents de leur entourage.

Du 15 au 21 novembre 2020, la Grande semaine des tout-petits est l’occasion de communiquer et de susciter le dialogue autour du développement des tout-petits, de mettre en lumière des initiatives locales et régionales qui soutiennent la petite enfance et de mobiliser l’ensemble de la société.

Le BeauLieu Culturel du Témiscouata dévoile l’œuvre collective « Entre-Nous »

logo Beaulieu Culturel 3Témiscouata-sur-le-Lac – Depuis juin dernier, les artistes témiscouatains en arts visuels Hélène Tremblay et Rock Belzile collaborent avec des membres de l’Association Entre-Amis du Témiscouata pour le projet « Entre-Nous ». Aujourd’hui, on vous présente la finalité du projet avec une œuvre collective qui sera exposée aux Galeries Témis jusqu’au 22 novembre 2020.

L’objectif de la démarche était de donner la parole à des personnes vivant avec des limitations physiques et/ou intellectuelles en temps de pandémie. Rencontrés dans leur milieu de vie par le biais de l’Association Entre-Amis, quelques-uns d’entre eux ont témoigné de l’impact du confinement dans leur vie.

Leurs propos ont été recueillis et mis en image par les artistes visuels, Rock Belzile et Hélène Tremblay. Leurs témoignages ont donc fait office de muses pour les artistes, qui ont ensuite créé une murale racontant leurs vécus. Certains participants ont également mis la main à la pâte pour la création de l’œuvre, à la hauteur de leurs capacités.

Les artistes souhaitaient par ce projet briser l’isolement d’une communauté fragilisée par la pandémie en leur permettant de s’exprimer et de participer à un processus créatif. Deux capsules vidéo ont été réalisées par Rock Belzile pour présenter l’évolution de l’œuvre. Ces capsules sont disponibles sur la page Facebook du BeauLieu Culturel du Témiscouata : https://www.facebook.com/BLCT.LeBeauLieu

Piloté par le BeauLieu Culturel du Témiscouata, ce projet a été tout aussi important pour l’organisme qui tente par tous les moyens de continuer la création artistique en ces temps difficiles.

Le projet a été possible grâce au support financier du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire, du gouvernement du Canada, et par la Fondation Québec Philanthrope.

 

Oeuvre collective finalePhoto des participants

La grande illumination : une première édition porteuse d'espoir

Fondation de la santé TémiscouataTémiscouata sur le Lac – À l’approche des Fêtes, les Fondations hospitalières et de la santé du Bas-Saint-Laurent s’unissent pour créer « La Grande Illumination » qui fera briller l’espoir sur toute la région.

Dans le cadre de cette nouvelle activité, la Fondation de la santé du Témiscouata illuminera un grand sapin trônant à l’Hôpital Notre-Dame du Lac. La mise en lumière de ce sapin aura lieu le mercredi 9 décembre prochain en même temps que toutes les autres Fondations partenaires du CISSS du Bas-Saint-Laurent. Les milliers de lumières qui s’illumineront ce soir-là, porteront en elles l’espoir et le réconfort.

Vente de lumières

La Fondation met en vente 1000 lumières au coût de 5 $ chacune à partir de maintenant, et ce, jusqu’à la fin décembre. Il est possible d’acheter des lumières virtuelles sur le site web au https://fondationdelasantedutemiscouata.ca/evenements/la-grande-illimination. Les profits de la vente de lumières iront à 100 % à la Fondation de la santé du Témiscouata. « Nous vous invitons à acheter votre lumière et ainsi nous aider à illuminer notre sapin afin d’accompagner nos patients, nos travailleurs de première ligne et toute la population du Témiscouata durant la période des Fêtes. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de vous pour faire une différence », déclare Dre Linda Landry, présidente de la Fondation.

S’unir pour rayonner de La Pocatière à Matane

Les Fondations hospitalières et de la santé de la région s’unissent dans le cadre de cette activité unique et originale pour mettre en lumière le Bas-Saint-Laurent et lancer un message d’espoir. « La région du Bas-Saint-Laurent est reconnue pour sa solidarité et ses projets innovateurs, en s’unissant, nous souhaitons démontrer cette grande force par un projet commun et illuminer une région entière avec plus de 10 000 lumières de La Pocatière à Matane! », termine Louyse Desrosiers, directrice de la Fondation.

Fonds d’aide et de relance régionale : La SADC de Témiscouata a versé des aides financières de 1 204 790 $ pour appuyer les entreprises du Témiscouata depuis le début de la pandémie et reçoit un montant ...

SADC TémiscouataTémiscouata-sur-le-Lac – Grâce au FARR-PDC, la SADC de Témiscouata a octroyé, depuis le mois de juin dernier, 1 204 790 $ en appui à 56 entreprises de la MRC de Témiscouata touchées par les défis que présente la COVID-19.

« De ces 56 entreprises et organismes sans but lucratif du Témiscouata ayant bénéficié du FARR, 36 ont obtenu un prêt d’urgence, sans intérêt jusqu’au 31 décembre 2022, variant entre 5 000 $ et 40 000 $ et dont 25 % de la somme pourrait, sous certaines conditions, être exempte de remboursement », précise Vallier Daigle, président de la SADC de Témiscouata.

Il ajoute que « 20 entreprises ont bénéficié de contribution non remboursable afin de faire appel à de l’aide technique et d’expertises spécialisées dans des domaines tels que l’adaptation aux mesures sanitaires, le développement de plan financier de continuité pour préparer l’avenir ou encore l’adoption des technologies pour le commerce en ligne ».

Finalement monsieur Daigle mentionne « que 4 projets en développement local ont été financés, notamment des campagnes d’achat local, dont la campagne Au Témiscouata, du resto au frigo, une initiative de la MRC de Témiscouata qui est venue en appui aux quatre cuisines collectives du territoire ainsi qu’à une dizaine de restaurateurs de notre communauté ».

Madame Cindy Rivard de l’entreprise MaltBroue Inc. de Témiscouata-sur-le-Lac mentionne que dans le contexte de l’actuelle pandémie, l'aide apportée par la SADC de Témiscouata via le programme FARR, favorise l’accès à de l’accompagnement par une ressource professionnelle externe, non impliquée émotionnellement dans l’entreprise. « Que ce soit pour gérer le quotidien, suivre le flux de trésorerie, mais aussi pour prévoir l'avenir et saisir les opportunités, un regard externe est toujours le bienvenu, mais en temps de crises c'est encore plus essentiel ! Ça nous obligeait à sortir de l'urgence et à réfléchir », affirme madame Rivard.

 

Nouveaux investissements

D’autre part, le président de la SADC de Témiscouata se réjouit de l’annonce faite hier par madame Élisabeth Brière, secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles confirmant une aide additionnelle de Développement économique Canda dans le FARR de 352 039 $. Une somme qui permettra à l’organisation de venir en aide, de nouveau, aux entreprises de son territoire les plus touchées par la pandémie.

 

Résultats du FARR pour le territoire du Témiscouata du 1er juin au 31 août 2020

• 1 204 790 $ investis, dont 1 111 500 $ en prêt et 93 290 $ pour de l’aide technique et des projets de développement économique local;
• 36 entreprises ont obtenu du financement sous forme de prêt;
• 20 entreprises ont bénéficié de l’aide technique pour de l’accompagnement d’experts pour des projections financières, du développement de marché et pour entreprendre un virage numérique;
• 4 projets en développement local.

À propos de la SADC de Témiscouata
La SADC de Témiscouata fait partie du Réseau des 67 SADC-CAE du Québec. La SADC intervient depuis 35 ans au développement économique de la collectivité du Témiscouata en déployant une vision d’avenir, en ralliant les forces de la collectivité et en offrant aux entrepreneurs et aux organisations de l’accompagnement, du soutien technique personnalisé et du financement adapté.

Le BeauLieu Culturel du Témiscouata entame son deuxième mois d’encan virtuel

logo Beaulieu Culturel 3Témiscouata-sur-le-Lac – Le BeauLieu Culturel du Témiscouata (BLCT) continue pour un deuxième mois consécutif son encan virtuel en arts visuels. La vente aux enchères se déroule en continu pendant les mois novembre 2020, ainsi qu’en janvier et février 2021. Le tout a lieu directement sur Facebook dans le groupe « Encan virtuel du BLCT ».

Chaque mois, quatre œuvres d’artistes en arts visuels sont mises en enchères successivement. Chaque enchère est ouverte pendant six jours, soit du vendredi 12 h jusqu’au jeudi suivant à 16 h 59. Les intéressés peuvent se lancer dans la course en faisant leur offre directement sous la publication de l’œuvre mise en enchères.

Pour le mois de novembre, les œuvres en enchères sont :

- Les migrants (2005), par Rock Belzile - Acrylique sur toile. Enchère du 6 au 12 novembre 2020  

2 Rock Belzile

- L'inauguration (2012), par Gabrielle Gendron - Acrylique, patron et crayon sur bois. Enchère du 13 au 19 novembre 2020

2 Gabrielle Gendron

 

- Sans titre (1985), par Yves Bussières - huile sur toile. Enchère du 20 au 26 novembre 2020

2 Yves Bussières

- Le piocheur (2018), par Norbert Lemire - Aquarelle. Enchère du 27 novembre au 3 décembre 2020.

2 Norbert Lemire

Le BeauLieu Culturel du Témiscouata tient à remercier la générosité des artistes et donateurs qui ont fait don de leurs œuvres pour soutenir l’accomplissement de notre mission, soit de créer, diffuser et supporter le milieu culturel au Témiscouata!

Pour connaître tous les détails, rendez-vous sur le groupe Facebook « Encan virtuel du BLCT »!

Lieu culturel ouvert, solidaire et rassembleur, ancré dans la communauté témiscouataine, le BeauLieu Culturel du Témiscouata héberge la bibliothèque Au Fil des pages, le Musée du Témiscouata, des locaux de l’École de musique du Témiscouata et un espace café terrasse ouvert lors des événements. Une salle de spectacle multifonctionnelle permet d’accueillir des spectacles professionnels, dont ceux de la programmation offerte par Les 4 scènes.