La MRC de Témiscouata
   

message

            

Levée des contrôles routiers au Bas-Saint-Laurent

logoÀ l’approche de la date du 18 mai et suite à la conférence de presse du Directeur régional de la Santé publique, le Dr Sylvain Leduc, la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) prend acte des diverses positions exprimées, notamment celle du maintien de l’échéancier pour la levée complète des contrôles routiers et celle du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CISSS du Bas-Saint-Laurent qui demande le maintien intégral des contrôles tant que les six critères pour un déconfinement sécuritaire de l’Organisation mondiale de la Santé ne seront pas tous atteints.

« Au cours des dernières semaines, les élus de la région ont relayé aux autorités de la Santé publique et au gouvernement du Québec les appréhensions de la population bas-laurentienne face à la levée des contrôles routiers restreignant l’accès au territoire, plus particulièrement à La Pocatière, en insistant pour que toutes les mesures soient prises pour assurer la santé et la sécurité de nos concitoyennes et concitoyens. C’est cette préoccupation qui doit continuer à guider nos actions pour la suite des choses », analyse Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

« Le 8 mai dernier, la majorité des membres de la Table s’était prononcée en faveur de retarder l’ouverture de la région à l’Ouest, si la situation sociosanitaire québécoise n’était pas davantage maîtrisée. Le message reste le même et nous demandons aux intervenants de faire preuve d’extrême prudence quand il s’agit de prévenir l’apparition de nouvelles zones chaudes, notamment là où on compte un grand nombre d’aînés, comme c’est le cas au Bas-Saint-Laurent », a pour sa part déclaré Bruno Paradis, préfet de la MRC de La Mitis et membre de l’exécutif de la TREMBSL.

Advenant le cas où les contrôles seraient levés lundi prochain, l’ensemble des membres de la TREMBSL s’engagent à soutenir les mesures de protection qui permettront de diminuer la propagation du virus.

« Il faut d’abord rappeler que les déplacements non essentiels sont toujours déconseillés, et ce, à la grandeur du Québec. On demande donc au gens de respecter cette règle de base pour éviter la contagion dans les régions peu affectées et, même, d’une ville à l’autre. La Sûreté du Québec a le pouvoir d’intervenir si des déplacements non essentiels sont effectués », souligne M. Lagacé. « Et pour les gens qui seraient appelés à circuler entre les régions, que ce soit pour s’installer au Bas-Saint-Laurent ou qui reviennent à la maison après un séjour à l’extérieur, nous les invitons à suivre scrupuleusement les recommandations de la Santé publique, soit de faire leurs provisions à l’extérieur de la région et d’observer une quarantaine de 14 jours. Enfin, nous continuerons, comme nous l’avons toujours fait, à informer et sensibiliser notre population sur l’importance de respecter les mesures de précaution, comme de se laver régulièrement les mains, de ne pas faire de rassemblement, de garder une distance de deux mètres entre les personnes et, comme l’indique désormais la Santé publique, de porter un couvre visage lorsque la distanciation physique est difficile ou impossible », conclut-il.